Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 02:48

09/03/2016 – 08h00 Gaza (Breizh-info.com) – La collaboration entre le Hamas et ISIS est toujours plus étroite. Un accord historique vient de porter sur le contrôle des tunnels qui partent de Gaza et aboutissent au SinaÏ.

Le contrôle de ces tunnels est incontournable pour la maîtrise des échanges d’armes, d’argent, de prostituées et de prisonniers. Ils permettent également l’accès aux soins pour les miliciens blessés du groupe de l’Etat islamique Wilayat Sinaï* qui combat l’armée égyptienne au Sinaî et qui est devenu célèbre lors de l’attaque contre un Airbus A321 russe.

Cet attentat a coûté la vie à 224 passagers en octobre 2015. Rappelons que la bande de Gaza est intégralement emmurée sur ses frontières avec l’Egypte et Israël, et que ces tunnels sont les seuls points d’accès non contrôlés par ces deux états.

En février dernier, Mohamed Zinet et Mahmoud Sami, les représentants du Hamas et de l’EI, se sont rencontrés pour décider des services tarifaires, du contrôle des péages des tunnels et pour réglementer l’accès aux soins prodigués aux djihadistes dans les hôpitaux de Gaza. Le célèbre contrebandier djihadiste Ibrahim Abu al-Kariya dont le rayon d’action englobe tout le Sinaï et les côtes de la mer rouge, a également rencontré les leaders de l’aile militaire du Hamas.

L’Egypte qui souffre des attaques de l’Etat islamique sur ses infrastructures touristiques au Sinaï, à Charm el-Cheickh, Taba, ou Dahab, est en butte depuis toujours avec les populations bédouines opposées au Caire. Celles-ci reprochent au pouvoir central le traité de 1979 avec Israël, vécu comme une trahison, et développent depuis les réseaux d’êtres humains essentiellement est-européens puis africains, les trafics d’armes y compris lourdes, et de drogues.

La deuxième intifada puis l’arrivée au pouvoir du Hamas à Gaza ont dopé l’économie parallèle de la péninsule. L’Egypte et israël tentent donc de contrer ce nouvel accord et de combattre conjointement avec des drones une organisation théoriquement puissante de plusieurs milliers d’hommes (entre 1500 et 6000 selon les sources) et d’armes acquises en Libye.

Lourd danger pour Le Caire

Les sources officielles égyptiennes et israéliennes parlent aujourd’hui de multiples cas de militaires du Hamas passant sous le pavillon de l’Etat Islamique et de la coordination de leurs attaques contre Israël. Le renforcement des accords entre Hamas et branche égyptienne de l’Etat Islamique fait peser désormais un lourd danger pour la capitale égyptienne coincée entre l’Etat Islamique en Libye et au Sinaï.

* anciennement Al-Quaïda Ansar Beït al-Maqdis, « les Partisans de Jérusalem »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS