Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 01:00

La Russie a été informée que la Turquie essayait de s'implanter sur le territoire syrien à quelques centaines de mètres de la frontière turco-syrienne, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

 

Le chef de la diplomatie russe a qualifié ces actions d'"expansion rampante".

 

"En exigeant que les Kurdes s'abstiennent de renforcer leurs positions en Syrie, la Turquie a commencé à proclamer son droit souverain de créer de prétendues zones de sécurité sur le territoire syrien. Selon nos données, il sont déjà en train de s'implanter à quelques centaines de mètre de la frontière, en Syrie même", a souligné le ministre dans une interview à la chaîne russe REN TV.

"Les Turcs ont à maintes reprises déclaré qu'ils ne permettraient pas que les Kurdes se renforcent dans le nord de la Syrie", a-t-il poursuivi. "Malgré le fait que les Kurdes, avec l'appui des Russes et des Américains, luttaient contre l'Etat islamique sur le territoire syrien, les Turcs soulignaient qu'ils n'accepteraient pas que les deux enclaves kurdes sur le territoire syrien, dans l'est et l'ouest, se réunissent, même au prix d'une victoire sur Daech dont les positions divisent pour l'instant ces deux enclaves", selon le ministre russe.

 

M.Lavrov a également indiqué que la Russie attendait des explications de la part de l'Union européenne concernant les soi-disant "zones de sécurités". Les documents qui ont été signés entre la Turquie et l'Union européenne en marge du sommet sur la crise migratoire contiennent "une référence implicite au fait que l'Union européenne comprend la nécessité de la création de certaines +zones de sécurité+, et le texte fait ressortir qu'il s'agit de zones en territoire syrien", a noté le ministre.

 

"Nous avons demandé à Bruxelles si cette approche reflétait leur position officielle, particulièrement dans le contexte des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu, du caractère inadmissible de l'effondrement de la Syrie et du principe de son intégrité territoriale. Pour le moment, nous attendons la réponse", a noté M.Lavrov.

Selon le ministre, les résultats du sommet qui s'est tenu le 7 mars à Bruxelles soulèvent "des questions très sérieuses quant à l'autorité de l'Union européenne, à sa réputation, ainsi que sur la façon dont ces accords s'inscrivent dans le droit humanitaire international".

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS