Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 19:29

Le Front national a affaibli son principal allié au sein du Rassemblement bleu marine, le Siel, en rendant récemment impossible la double appartenance aux deux partis, a-t-on appris mardi, confirmant une information de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute.

Par dérogation aux statuts du FN « prohibant la double appartenance avec une autre formation politique, la possibilité pour les adhérents du FN d’être également membre du Siel avait jusqu’à présent été admise », a rappelé le parti de Marine Le Pen lors d’un bureau politique le 29 février, selon une décision que s’est procurée l’AFP.

« Déplorant les multiples conséquences négatives résultant de cette dérogation, le Bureau Politique du FN (...) a décidé par vote à l’unanimité des personnes présentes ou représentées, de la suppression de cette possibilité », affirme le FN dans cette décision.

« Les personnes qui se trouveraient dans cette situation devront, dans un délai d’un mois à compter de la présente décision, régulariser leur situation en renonçant à l’une de ces deux appartenances », annonce le parti.

Cette décision a été prise quelques temps après le séminaire d’Etiolles (Essonne), au cours duquel le FN a débattu de sa communication et de sa stratégie pour arriver au pouvoir.

Karim Ouchikh, patron du Siel, qui y était invité, y a répété ses critiques régulières sur la stratégie « ni droite ni gauche » du FN, appelant Marine Le Pen à parler aux électeurs de droite, principal vivier de voix selon lui.

Le Siel s’est surtout distingué depuis sa création par Paul-Marie Coûteaux par ses contacts avec la droite extrême, en témoigne l’adhésion récente de l’écrivain Renaud Camus, théoricien du « grand remplacement ».

Le Siel « devient une passerelle avec l’extrême droite », loin de son objectif initial de dialogue avec la droite, déplorait récemment un dirigeant du FN. D’après lui, la décision du BP est en lien avec les critiques de M. Ouchikh sur la stratégie du FN mais aussi « avec l’attitude de certains représentants locaux » du parti.

En mars 2015, M. Ouchikh revendiquait 850 adhérents. « Le FN est un parti difficile, qui n’a pas la culture de la négociation », regrettait-il auprès de l’AFP.

Marion Maréchal-Le Pen, députée du Vaucluse, a récemment estimé que le FN devait « indéniablement travailler » à « rallier des personnalités extérieures » qui « ont peut-être le sentiment que le FN n’est pas suffisamment ouvert et capable d’intégrer des personnes avec des divergences. »

Pour elle, le parti de sa tante devra « nécessairement » s’allier avec des personnalités de droite comme Philippe de Villiers, Nicolas Dupont-Aignan, Eric Ciotti, Henri Guaino ou Thierry Mariani, s’il veut gagner la présidentielle 2017.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS