Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 13:44

source  150.000 euros par jour pour la sécurité

Le coût des renforts en CRS et en gendarmes mobiles autour de la «jungle» de Calais, dépasse 150.000 euros par jour. Ce montant équivaut au coût sécuritaire qui oblige l'État à mobiliser 18 unités des forces mobiles en renfort dans la région. Et ce, depuis fin octobre.

Premier poste de dépense: l'hôtellerie. Car il faut loger sur place les CRS (8 compagnies) et l'essentiel des gendarmes mobiles (10 escadrons dont 2 seulement en casernement).

Le coût indicatif pour une unité est de 3.300 euros par jour environ, soit plus de 50.000 euros d'hôtel quotidiennement pour l'ensemble des unités concernées. Un tiers des frais globaux.

S'ajoutent à ce montant, les indemnités journalières d'absence temporaire (Ijat), les heures supplémentaires, le carburant… Au total, le coût de la sécurité à Calais s'élève à 9.500 euros par jour multiplié par 18 unités font un peu plus de 170.000 euros mais certaines compagnies sont en casernement, c'est à dire des lieux propres aux forces de l'ordre, ce qui diminue un peu les coûts.

● Coût du nouveau camp: 25 millions d'euros

La construction, l'aménagement et le fonctionnement du nouveau camp de Calais de 1500 places annoncé par le premier ministre en août dernier est estimé à 25 millions d'euros. Les préfabriqués sous surveillance vidéo ne disposeront pas d'eau, ni douche, ni possibilité de cuisiner.

(...)

● Le coût supporté par Eurotunnel

Du côté d'Eurotunnel, l'activité se porte bien avec un trafic de 1.483.741 poids lourds par an en dépit de la crise migratoire. En revanche, l'activité touristique plonge. Par ailleurs, le groupe investit dans des dispositifs pour sécuriser le tunnel. Depuis janvier 2016, le port a détecté 1162 migrants à bord des camions et Eurotunnel quelque 2000.

En juillet dernier, Jacques Gounon, PDG d'Eurotunnel, faisait le calcul du montant global investi dans les dispositifs de sûreté pour sécuriser le tunnel : 165 millions d'euros en vingt ans. Gardiens, caméras, barrières, grillages… Il présentait même une nouvelle facture de 10 millions d'euros aux États français et britannique pour rembourser les dépenses supplémentaires. «Les effectifs de gardiennage ont été doublés, pour atteindre près de 200 personnes», rappelle l'exploitant du tunnel sous la Manche.

Le dirigeant estimait que l'afflux de migrants n'était plus supportable, alors que les décès se multiplient. «La pression qui s'exerce maintenant chaque nuit dépasse ce qu'un concessionnaire peut raisonnablement faire»,(...)

● 155 millions déployés pour soutenir la région

Par ailleurs, un collectif de citoyens, de commerçants et de chefs d'entreprise, apolitique et citoyen, rassemblés sous la bannière du «Grand rassemblement pour le Calaisis» réclame un soutien de l'Etat. Ils affirment que la crise migratoire est un frein à de nombreux projets. «Le port est situé à 800 mètres du camp de migrants de Calais, une telle proximité bloque tous nos projets, sans parler des problèmes de sécurité», (...)

«Le doublement du port, le projet Calais Port 2015, a été mis en attente, un projet de 700 à 800 millions d'euros et qui représente 1000 à 2000 emplois.

La ligne de ferroutage entre Perpignan et Calais, qui a coûté 7,5 millions à la région, a également été retardée pour des questions de sécurité, 25 à 30 emplois ne sont pas occupés», souligne encore le chef d'équipe au service d'une compagnie maritime.

Pour compenser les pertes de la région, l'élue de Calais, Natacha Bouchart a obtenu, en novembre dernier, un contrat de développement territorial pour Calais et le Calaisis doté de 155 millions d'euros, dont 50 millions venant de l'État.

(...)

«Tous les secteurs sont concernés: l'industrie, l'immobilier, la construction, les commerces de détails qui ont vu leur chiffre d'affaires fléchir de 15% à 20%, celui de la restauration a chuté de plus de 40% et je ne parle pas du tourisme en berne.

(...) Une chose est certaine les 22 millions d'euros débloqués par la Grande-Bretagne sont loin des sommes engagées par la France pour gérer la crise migratoire à Calais.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS