Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 01:33

On s’est peut-être trompé sur  » Soumission « , qui tenait plus du manuel à l’usage des théocrates ambitieux que du roman visionnaire. Exit « Frère Tariq », enter « monsieur Ramadan ».

A lire la dernière tribune de Tariq Ramadan, laquelle semble parachever la transformation de l’universitaire-prêcheur en personnalité politique et sonne davantage comme une déclaration programmatique que comme le désormais classique appel au  » pas d’amalgame  » post-attentat, on se dit que les choses ne sont pas prêtes de s’arranger…

On se dit aussi que (et ça fait froid dans le dos parce qu’on l’a lu) que le Soumission de Michel Houellebecq tenait peut-être davantage du mode d’emploi à l’usage des théocrates ambitieux que du roman  » visionnaire « .

Et de fait, rien de ce que dit Ramadan des attaques de Bruxelles n’est à proprement parler  » religieux « , au sens où un intellectuel chrétien, juif, bouddhiste ou musulman tenterait d’explorer les ressorts de cette violence dans leur dimension métaphysique ou au moins  » cultuelle « .

Et chacun de ses mots pourrait être contresigné par le plus banal de nos politiciens de bonne volonté, rappel de la responsabilité historique des victimes dans la radicalisation de leurs bourreaux compris (...)

Exit  » Frère Tariq « , exégète ambigu du Coran ; enter  » monsieur Ramadan « , apporteur pondéré et pragmatique de solutions à nos problèmes sociaux, économiques et stratégiques, et futur candidat à la présidentielle d’un grand parti démocratique à peine teinté d’islam.

(...)

Mais on peut aussi s’en inquiéter (c’est mon cas, je pense que ça se voit), la seule leçon qu’ait vraisemblablement retenu le bonhomme du trotskisme plenelien étant l’entrisme et le pilotage de sous-marin (en arabe, taqqyia).

A tout prendre, pour autant, un Ramadan inspiré par Houellebecq comme Grand Timonier n’est pas la pire chose qui puisse nous arriver (une fois installé à l’Elysée, le président Mohammed Ben Abbès du roman se révèle plus enclin à défendre les valeurs d’une France libre, musulmane et indépendante qu’à la fondre dans un  Califat sanguinaire).

Mais c’est seulement, j’insiste,  » à tout prendre « . Un peu comme on se dit qu’on préférerait mourir noyé ou asphyxié plutôt que brûlé vif ou découpé en morceaux au sabre parce qu’il paraît qu’on ne sent pas grand chose.

Et tiens, d’ailleurs, elle en est où, sa demande de naturalisation ?

Hugues Serraf

Source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS