Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 00:23

 

Atlantico : La criminalité serait en hausse dans les campagnes. Dans quelles proportions a-t-elle augmenté ? Quelles différences y-a-t-il entre cette évolution et celle de la criminalité dans les villes ?

 

Cyril Rizk : Pour 2015, aucune réponse définitive ne peut être avancée car on ne dispose pour l'instant que des chiffres de la police et de la gendarmerie.

Cependant, rien ne vient accréditer l'existence du phénomène de hausse évoqué. On n'observe pas, d'après les statistiques sur les vols enregistrés en zone gendarmerie, de hausses susceptibles de correspondre à ce phénomène. On verra plus tard cette année si les habitants des communes rurales interrogés au cours de l'enquête annuelle de victimation Insee-ONDRP (Observatoire national de la délinquance et de réponses pénales) se déclarent plus ou moins victimes.

 

 

Peut-on parler d'un "effet Etat d'urgence" ayant poussé certains criminels et délinquants à se replier sur les campagnes, du fait d'une présence militaire et policière renforcée dans les villes ? Ou encore à privilégier les vols directement au domicile des victimes plutôt que dans la rue ?

 

L'absence de signes de hausse d'après les nombres de vols constatés par les gendarmes ne permet pas de supposer l'existence d'un tel effet. Il est possible que la hausse des violences et menaces hors vols enregistrée en zone gendarmerie ait conduit à forger l'idée d'une dégradation de la sécurité dans les campagnes. 

Or, d'une part, l'origine de la hausse ne serait pas, d'après l'ONDRP, les faits commis mais un processus interne à l'outil statistique, et d'autre part, les violences et menaces hors vol sont des atteintes qui, contrairement aux vols, mettent en jeu des protagonistes sur leurs lieux de vie. Une hausse dans un territoire ne correspondrait donc pas à un déplacement. 

L'Observatoire a évoqué un effet Vigipirate il y a environ un an. Il aurait impacté les vols surtout après les attentats de Janvier 2015. Un effet état d'urgence est donc envisageable, si ce n'est qu'une éventuelle composante "déplacement" semble actuellement peu probable.

Quelles évolutions a connu la criminalité dans les campagnes sur la période récente, tant du point de vue du profil des criminels, du degré de violence que des modes opératoires ?

 

Un phénomène désormais un peu plus ancien, datant de plus de 5 ans, avait affecté tout particulièrement la zone gendarmerie : la hausse des faits de cambriolages. Entre 2008 et 2012, les gendarmes ont enregistré 28 % de cambriolages en plus en France métropolitaine. De moins de 118 000, leur nombre est passé à plus de 150 000. En 2015, il est moins élevé mais il demeure encore assez proche de ce niveau (147 375).

Des telles variations pourraient avoir comme origine principale le développement de la délinquance itinérante : des cambrioleurs organisés en équipe se déplaceraient sur le territoire dans des zones rurales peu exposées précédemment afin d'y commettre des raids (vols en séries). Une partie de ces équipes auraient une mobilité transfrontalière.


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/trafics-internationaux-raids-cambrioleurs-violences-nouveaux-visages-criminalite-qui-explose-dans-nos-campagnes-cyril-rizk-2608046.html#mb1QQwksuZVeSF1f.99

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS