Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 01:42
Défilé de mode en burkini à Antalya en Turquie (Photo : SIPA.00583740_000001)
Comme le dit Eric Zemmour, «le réel est entré par effraction au gouvernement.» avec les déclarations de Patrick Kanner et Laurence Rossignol. Pendant ce temps, la mode islamique gagne des parts de marché...

(...)

Puis vint Laurence Rossignol, qui tout innocemment s’alarma des collections de vêtements islamisto-compatibles proposés par de grands marques (Mark & Spencer), voire des couturiers réputés (Dolce & Gabbana). Les uns proposent (depuis deux ou trois ans déjà) le burkini, tenue de bain destinée à couvrir le corps des vraies croyantes, en les faisant ressembler assez à des femmes de l’Atlantide — une tenue moulante qui est assez loin des codes « pudiques » en usage dans l’Etat islamique ;

les autres mettent du chatoyant dans leur réinterprétation du voile

ou de l’abaya.

Sans parler des hijabs lancés par Uniqlo.

Le facteur économique étant déterminant en dernière instance, on apprend que le marché du prêt-à-croire est évalué à 500 milliards d’euros à l’horizon 2019. Que les femmes ne pensent pas, mais si possible, qu’elles dépensent.

Voir ce qu’en dit dans le FigaroVox Isabelle Kersimon (auteur de Islamophobie : la contre-enquête, Plein Jour, 2014). Au journaliste qui lui rappelle que « certaines, comme la créatrice américaine Nzinga Knight, n’hésitent pas à affirmer que s’habiller ainsi est un signe de liberté, une liberté que les femmes dans les sociétés occidentales auraient perdu », elle répond : « Cette jeune dame est une convertie dans une société peu touchée par les phénomènes que nous connaissons ici. Elle a le zèle des néophytes et se sent dans l’obligation de s’enfermer dans une assignation identitaire indépassable : se montrer, se prouver “musulmane”.

Le terme de “mode modeste”, associé au voile, m’est proprement insupportable, tout comme celui de “pudeur” associé à cette pratique, qui impliquent aussi que les femmes se montrent “respectueuses”, qu’elles baissent les yeux devant les hommes. Cela présuppose aussi que les femmes non voilées, “immodestes”, sont prétentieuses.

(...)

Laurence Rossignol a fait bien davantage que dénoncer des vêtures moyenâgeuses adaptées aux fanatismes modernes et l’« esclavage » moderne que symbolisent ces défroques. Elle a posément établi un lien entre la superstition vestimentaire et le projet politique : « Je crois que ces femmes sont pour beaucoup d’entre elles des militantes de l’islam politique.

Je les aborde comme des militantes, c’est-à-dire que je les affronte sur le plan des idées et je dénonce le projet de société qu’elles portent. Je crois qu’il peut y avoir des femmes qui portent un foulard par foi et qu’il y a des femmes qui veulent l’imposer à tout le monde parce qu’elles en font une règle publique. » 

(...)

À noter que Regards de femmes s’est constamment battu pour une laïcité sans faille, que ce soit à l’université ou dans la rue, protestant lorsque l’Université de Lyon II avait cru intelligent en 2008 de proposer un colloque sur « Les voiles dévoilés, pudeur, foi élégance » — trois mots que l’on associe difficilement avec l’obligation de se voiler, ...

(...)

L’UFAL (Union des familles laïques) a d’ailleurs fait chorus, parce que toute laïcité « ouverte » est une laïcité dévoyée. Et que les petits arrangements que passent aujourd’hui certains élus (y compris, avons-nous appris récemment, au Front de gauche) avec les islamistes — pour quelques voix de plus — se paiera cash demain, à Molenbeek ou chez nous.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS