Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 01:45

Les Forces armées grecques ont commencé à réaliser des exercices de disponibilité opérationnelle en raison des provocations turques, sur l'ordre du ministre grec de la Défense Pános Kamménos.

Pendant trois jours, l'aviation militaire turque a effectué des survols au-dessus du territoire des îles grecques en mer Égée, ce qui a été considéré par les Grecs comme une provocation extrêmement dangereuse. Auparavant, les survols turcs avaient été enregistrés seulement au-dessus de la mer. 

 

"Nous effectuons des exercices à grande échelle afin d'être prêts. Historiquement, quand la Turquie a des problèmes internes, elles essaie toujours de les exporter. Et nous devons être prêts", a déclaré à RIA Novosti une source au sein du ministère grec de la Défense.

Des exercices seront également effectués dans le nord de la Grèce, le long de la frontière avec l'ancienne république yougoslave de Macédoine, en raison du refus de Skopje de changer le nom de sa république.

Athènes pense que Skopje pourrait prétendre aux territoires du nord de la Grèce, ceux de la région de la Macédoine.

"Nous prenons des mesures en cas d'urgence, nous devons toujours être prêts, car les autorités de Skopje n'ont pas apporté les modifications nécessaires à la constitution. Nous devons donc être sur nos gardes". 

En réponse à la question concernant le nombre de jours des exercices, l'interlocuteur de l'agence de presse a dit qu'ils se poursuivront aussi longtemps qu'il le faudra.

Ces exercices ne sont pas liés à la situation migratoire. "L'armée n'intervient pas dans les affaires intérieures. C'est l'affaire de la police", a souligné la source.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS