Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 15:47

Les défenseurs de l'abeille noire, abeille locale des contrées ouest-européennes, s'alarment de sa disparition en France, et ont décidé de se réunir en réseau pour mieux lutter contre ce mouvement.

"Apis mellifera mellifera" a une valeur patrimoniale, écologique mais aussi économique, ont-ils expliqué mardi lors d'une conférence de presse.

Or elle souffre, comme ses congénères, de l'essor de l'agrochimie, des monocultures, des maladies et autres champignons.

Elle subit aussi l'impact de dizaines d'années d'importation d'autres types d'abeilles, vues comme plus productives.

"Il a fallu un million d'années pour former les 29 sous-espèces d'abeilles, et en 50 ans, on les homogénéise!", déplore Lionel Garnery, chercheur spécialiste de la génétique des abeilles au CNRS, estimant qu'"on crée des cocktails explosifs en important des abeilles du monde entier".

 

En décembre, dix conservatoires, des Cévennes, du Perche ou d'Ardèche, se sont réunis au sein d'une "Fédération européenne des conservatoires de l'abeille noire" (Fedcan). Une dizaine d'autres sont en projet en France, rapporte l`AFP.

 

Leur but: maintenir la diversité, mais aussi former des apiculteurs, et réhabiliter l'abeille noire.

Sous-espèce rustique qui a su traverser deux glaciations, elle sait s'adapter aux climats, se débrouiller sans l'aide de l'homme et butiner sur de vastes zones grâce à ses capacités de vol, soulignent-ils, pointant aussi la plus grande longévité des ouvrières.

Aujourd'hui, des apiculteurs en demandent, mais il n'y a pas de vraie filière d'élevage pour y répondre, regrette M. Garnery, qui craint "que l'on commette les mêmes erreurs qu'il y a 40 ans avec les bovins".

 

Selon ses analyses, en Ile-de-France, l'abeille noire ne représente plus que 11% des colonies. Ailleurs, elle est souvent minoritaire, voire résiduelle dans des régions comme l'Alsace selon lui.

 

Ouessant en revanche accueille 100% d'abeilles noires. Mais le conservatoire local, créé il y a 30 ans, s'alarme de l'installation de ruchers hybrides juste à côté, sur l'île de Molène.

L'ONG Pollinis, membre de la Fedcan, a porté au secrétariat d'Etat chargé de la Biodiversité un projet d'amendement visant à protéger cette abeille. En vain, explique Nicolas Laarman, délégué général de Pollinis, qui compte se tourner vers le ministère de l'Agriculture puis Bruxelles.

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Science - technologie - web - recherche