Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 mai 2016 5 20 /05 /mai /2016 01:29

« Ah, la laïcité française ! » C’est un cri du cœur. Et il n’a pas été poussé par un imam quelconque, par un apôtre bien-pensant du « vivre-ensemble » ou par un rappeur rendant hommage à l’islam. C’est le pape François qui l’a dit dans une interview au journal La Croix.

Le souverain pontife est un partisan sincère de la liberté. Et en l’occurrence, il plaide pour la liberté, entravée selon lui en France, des musulmanes de porter le voile. Depuis, dans tous les médias, ça dégouline d’eau bénite. Évêques, porte-paroles et spécialistes de la religion défilent au micro pour dire tout le bien qu’il convient de penser des saintes paroles du saint homme.

Le pape François ne peut ignorer que la liberté des uns s’arrête là où commence la liberté des autres. Ma liberté à moi, qui ne suis pas très catholique, c’est de dire que le Saint-Père fait beaucoup de bruit. Et qu’à ce bruit, je préfère celui de la musique d’un Requiem de Mozart ou d’un Ave Maria de Gounod.

Rien ne me permet de me mêler des choix d’un pape. Et comme je ne suis pas cardinal, je ne suis pour rien dans l’élection de François. Pour autant, je m’autorise à avoir des préférences concernant celui qui occupe le Saint-Siège. Il y en a eu un que j’aimais bien : Benoît XVI. Quand il n’était encore que le cardinal Ratzinger, il avait prononcé quelques phrases définitives et critiques sur Mahomet « chef de guerre ». C’était rafraîchissant.

Les propos du pape François m’amènent à penser à un livre qui vaut toutes les évangiles : Quo vadis de Henryk Sienkiewicz. L’histoire se passe au temps où Néron donnait les chrétiens aux lions. Pierre quitte Rome et sur sa route il aperçoit Jésus qui marche dans le sens inverse. Pierre : « Quo vadis domine ? » (« Où vas-tu maître ? »). « Je vais à Rome, que tu as abandonnée ». Pierre, honteux, rebrousse chemin. Et s’en va mourir avec les siens.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS