Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 01:34

Le régime de visas entre la Turquie et l'UE maintenu?L'Union européenne et la Turquie ont annulé la rencontre bilatérale qu'ils devaient tenir le 13 mai pour évoquer, entre autres, l'abrogation des visas pour les Turcs désireux de se rendre dans les pays de l'espace Schengen.

Selon certains analystes, la décision d'annuler cette rencontre atteste que les deux parties ne cherchent pas à se rapprocher.

 

Quelles sont les perspectives de libéralisation du régime de visas entre la Turquie et l'UE? Quels sont, selon les Turcs, les principaux obstacles dans cette voie? Quelles sont les considérations qui déterminent la position des Européens? L'agence Sputnik a posé ces questions au professeur Kamer Kasım, docteur ès sciences politiques et vice-président de l'Institut des recherches stratégiques internationales (USAK).

"L'Union européenne cherche à présenter la libéralisation du régime de visas comme un privilège, alors qu'en réalité, il s'agit d'une chose à laquelle les Turcs ont parfaitement droit. La Turquie fait partie de l'Union douanière au même titre que l'UE et elle mène avec cette dernière des négociations sur l'adhésion. Ceci engage Bruxelles à abolir les visas pour les Turcs. Je vais vous expliquer pourquoi. Figurez-vous un entrepreneur turc et son collègue espagnol qui décident de vendre leurs marchandises en Pologne. Alors que l'entrepreneur espagnol n'a pas besoin de visa, son confrère turc doit remplir des formalités consulaires. Inutile de dire que cela engendre une concurrence déloyale", a déclaré M. Kasım.

Pour l'éviter, il aurait fallu depuis longtemps accorder ce droit à la Turquie. Or, Bruxelles a jusqu'à présent refusé de le faire, constate l'interlocuteur de l'agence.

 

"Ce n'est qu'après s'être retrouvée dans une situation difficile suite à la crise migratoire que l'UE s'est vue contrainte de conclure un accord avec la Turquie. Ankara attend que Bruxelles remplisse strictement ses engagements contractés dans le cadre de ce document. A défaut, la Turquie n'aura rien d'autre à faire que de remettre en cause sa participation à l'Union douanière", a indiqué l'expert turc.

 

M. Kasım est persuadé que certains milieux européens sont hostiles à l'adhésion de la Turque à l'UE.

"C'est là que réside le principal obstacle à l'intégration européenne de notre pays", a conclu l'analyste.

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS