Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 mai 2016 6 21 /05 /mai /2016 01:13

Les récents échanges entre le ministre russe des Affaires étrangères, Lavrov, et le secrétaire d’État, Kerry, ont fait avancer les choses. Les Etats-Unis ne voulaient pas, jusqu’à présent, accepter un véritable cessez-le-feu en Syrie. Ils préféraient l’accord moins contraignant de « cessation des hostilités ». Cela a changé. Les Etats-Unis ont, pour la première fois, accepté d’aller vers un cessez-le-feu complet entre leurs forces par procuration en Syrie et le gouvernement syrien et ses alliés. Mardi après l’entretien, Kerry a déclaré à la presse :

Nous pensons qu’aujourd’hui nous avons fait des progrès significatifs, et je vais vous dire précisément en quoi :

Tout d’abord, nous nous sommes engagés à transformer la cessation des hostilités en un cessez-le-feu global. Et nous nous sommes engagés à utiliser notre influence pour que les camps impliqués dans la cessation des hostilités, s’y conforment.

Deuxièmement, nous avons convenu que si un camp montrait des signes persistants de refus de s’y plier, les forces d’intervention pourraient en référer aux ministres du Groupe de soutien international à la Syrie (ISSG), ou aux personnes désignées par ces ministres, pour prendre les mesures nécessaires qui pourraient aller jusqu’à l’exclusion de ces groupes des accords de cessation des hostilités. En langage clair, cela signifie que s’ils persévèrent dans leur double-jeu en continuant de vouloir faire partie du groupe qui a accepté la cessation des hostilités sans la respecter, ils pourraient en être exclus immédiatement.

Ces derniers mots sont principalement dirigées contre Ahrar al Sham qui n’a jamais signé l’accord de cessation, mais a prétendu en faire partie, tout en continuant ses attaques contre les forces du gouvernement syrien et les civils syriens. Kerry s’est rallié au point de vue russe qui considère qu’Ahrar se conduit comme un groupe terroriste et qu’il doit être éradiqué.

Quatrièmement, nous appelons tous les partis à cesser les hostilités et à se dissocier physiquement et politiquement de Daesh et d’al-Nusrah et d’appuyer les efforts renouvelés des États-Unis et de la Russie pour développer une compréhension commune de la menace posée et de la surface du territoire contrôlé par Daesh et al-Nusrah, et pour mettre au point des méthodes permettant d’en finir avec les groupes terroristes.

Kerry s’était déjà rallié à cette position sur al-Qaïda et l’État islamique dans des négociations antérieures, mais, par la suite, il était revenu en arrière sous prétexte que « s’interposer » entre al-Qaïda et les « rebelles modérés » rendait la lutte contre Al-Qaïda presque impossible. Il a renoncé à cet argument douteux. Les Etats-Unis sont maintenant d’accord pour que la Russie et le gouvernement syrien combattent al-Qaïda et pour considérer que, si d’autres groupes se trouvent assez près pour recevoir des coups, ils ne pourront s’en prendre qu’a eux-mêmes.

(...)

La Russie, l’Iran, le Hezbollah et le gouvernement syrien sont tous conscients que les États-Unis font une interprétation « élastique » des accords, et ont tendance à tricher chaque fois qu’ils croient que c ‘est leur intérêt. Ils sont tout à fait prêts à répondre, par une nouvelle escalade, à tout écart des derniers accords par les forces américaines par procuration, ou à tout autre changement important de la situation sur le champ de bataille.

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7179

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS