Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 11:59

Le chef de la branche berlinoise du Parti pirate allemand Bruno Kramm a été arrêté samedi après avoir récité un poème satirique contre le président turc Recep Tayyip Erdogan en soutien à l’humoriste Jan Böhmermann, accusé d’avoir insulté le dirigeant turc.

Bruno Kramm a été arrêté pour avoir publiquement cité des passages du tristement célèbre poème contre M. Erdogan composé par Jan Böhmermann, a annoncé la chaîne allemande N-tv.

 

Une manifestation pour la liberté d'expression et de la presse s'est tenue vendredi devant l'ambassade turque à Berlin. "Pas de pouvoir pour Erdogan le fou, la liberté, plutôt qu'Erdogan" (Keine Macht dem Erdowahn, Freiheit statt Erdogan), tel était l'un des slogans qui ont réuni les manifestants.

 

Bien que la police ait appelé l'homme politique à stopper son intervention, M. Kramm a ignoré les avertissements et a continué de citer le texte satirique, accusant le chef d'Etat turc de "piétiner les Kurdes" et de "frapper les chrétiens". Bruno Kramm a été ensuite arrêté et placé en garde à vue.

Une enquête a été ouverte pour "insulte à un chef d'Etat étranger", le paragraphe 103 du code pénal allemand prévoyant jusqu'à trois ans de prison pour ce délit. Les mêmes accusations pèsent sur le satiriste Jan Böhmermann.

Ankara avait réclamé officiellement à l'Allemagne d'autoriser ces poursuites contre Jan Böhmermann. Dans un poème diffusé début avril par la chaîne publique NTV NEO, l'humoriste allemand avait accusé le président turc de représailles contre les Kurdes et les chrétiens, ainsi que de chercher à fermer les journaux d'opposition. M. Böhmermann traitait notamment le numéro un turc de "pervers, pouilleux et zoophile".

Le comique entendait également démontrer par l'absurde combien le pouvoir turc avait eu tort de s'attaquer à un autre texte, une chanson diffusée 15 jours plus tôt à la télévision allemande qui critiquait la remise en cause des libertés publiques en Turquie.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS