Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 19:42

Le président turc, Recep Erdogan et le président Poutine. Crédits : kremlin.ru

Le président turc Recep Erdogan, dans une lettre au chef de l’État russe Vladimir Poutine, s’est excusé pour le SU-24 russe abattu par l’armée turque en novembre 2015, a indiqué le Kremlin sur son site, lundi 27 juin.

« Je veux une nouvelle fois présenter mes sincères et profondes condoléances à la famille du pilote mort et demander pardon. Nous partageons leur douleur de tout cœur », écrit le dirigeant turc.

Recep Erdogan affirme également être prêt à tout pour œuvrer au rétablissement des « relations amicales traditionnelles entre la Russie et la Turquie ». « Nous n’avons jamais eu l’intention de détruire un avion appartenant à la Fédération russe », poursuit-il.

Le quotidien turc Hürriyet, citant plusieurs sources au sein de la présidence turque, a confirmé l’authenticité de la lettre.

Pour mémoire, le 24 novembre 2015, la Turquie a abattu en vol un avion militaire russe à la frontière turco-syrienne qui, selon Ankara, aurait violé son espace aérien.

Les deux pilotes russes sont parvenus à s’éjecter : le premier, Oleg Pechkov, 52 ans, a été tué dans les airs par des tirs rebelles venant du sol. Le second, Konstantin Mourakhtine, a réussi à fuir, puis a pu être retrouvé par les forces spéciales russes et syriennes et ramené à la base militaire russe en Syrie.

Le fantassin de marine Alexandre Pozynitch, 29 ans, membre de l’opération de sauvetage, a été tué le même jour dans une attaque des rebelles. Le corps d’Oleg Pechkov a été remis dimanche 29 novembre à l’ambassadeur de la Fédération de Russie à Ankara, Andreï Karlov.

Dès le début de l’affaire, le Kremlin avait fixé comme première condition à une reprise du dialogue avec Ankara des excuses publiques pour cette attaque.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS