Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 00:47

Encore une fois, le gouvernement nous a volontairement caché la vérité quant aux coûts d’organisation de l’Euro 2016 de football ! Non content de vouloir nous faire oublier sa politique économique désastreuse, le gouvernement matraque fiscalement les classes moyennes… pour financer l’Euro de football. La facture de ces agapes sportives a explosé !

« Du pain et des jeux » dit-on. Ce sera des jeux, avec notre pain…

Non content de vouloir nous faire oublier sa politique économique désastreuse, le gouvernement matraque fiscalement les classes moyennes… pour financer l’Euro de football.

La facture de ces agapes sportives a explosé !

Et comme toujours, c’est avec nos impôts que l’État va pallier son incompétence…

Le tour de passe-passe est toujours la même : le gouvernement fait des prévisions à la baisse pour nous faire passer la pilule, puis nous avoue une fois que le projet est lancé que le budget initialement prévu sera, au final, nettement supérieur.

Tablant sur les 8 milliards de gains escomptés par la Ligue de Football Professionnel, le gouvernement nous a annoncé en fanfare l’opportunité économique unique que représentait l’organisation de l’Euro par la France.

Mais voilà, comme à son habitude, le gouvernement a failli.

Le ministre des Sports prévoit, au mieux, 3 milliards de recettes… Mais les coûts de l’événement sont déjà évalués à près de 4 milliards !

Le calcul est simple. C’est au contribuable, donc à vous et moi, de payer le milliard d’euros de différence, que vous aimiez ou non le football, que vous assistiez ou non aux matchs !

Mais ces débordements financiers n’étaient-ils pas prévisibles ?

Le budget pour sécuriser les « fan zones » – ces espaces de plein air où sont accueillis des milliers de supporters qui suivent les matchs sur écran géant – a finalement doublé. De plus, excepté le Stade de France, TOUS les autres stades ont été construits ou rénovés pour un coût astronomique.

Le coup de pouce de l’UEFA (l’Union des Associations Européennes de Football qui co-organise l’événement) aux investissements publics est au total de… 20 millions d’euros. Oui, vous avez bien lu, 20 millions seulement. Quelle générosité de la part de cet organisme basé en Suisse qui brasse des milliards !

Pire encore, la richissime UEFA (récemment éclaboussée par des scandales de corruption de grande ampleur) a exigé des conditions financières scandaleuses. Et le gouvernement s’est exécuté !

Ainsi, l’UEFA est entièrement exonérée d’impôt par la France pour l’organisation de la compétition sur notre territoire !

Nous payons, eux encaissent les bénéfices !

Selon les estimations des économistes, l’UEFA devrait investir 700 millions d’euros au total pour récupérer 2 milliards d’euros de recettes sur lesquelles la France ne touchera pas un centime ! Une rentabilité à faire pâlir d’envie n’importe quelle entreprise, un taux d’imposition nul à faire rougir de honte les paradis fiscaux.

Les dépenses sont publiques, payées par vos impôts, mais les recettes sont privées ! Du sport et des jeux oui, mais pas à n’importe quel prix !


sport et argent public

Dès 2015 et avant tout le monde…, Contribuables Associés avait dénoncé dans Les Enquêtes du contribuable « Sport et argent public : la France qui perd » le coût exorbitant de l’Euro.

Découvrez cette enquête exceptionnelle, plus que jamais d’actualité, à un tarif exceptionnel réservé à nos lecteurs jusqu’au 10 juillet, date de la fin de l’Euro 2016 de football : 3€50 au lieu de 5€50 avec le code EURO2016 à saisir dans le panier. Pour commander cette enquête, cliquez ici.

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS