Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 01:09

Que ce résultat, non prévu, mette en garde la France et surtout Paris car si d’après un récent sondage 63% des Français seraient contre une sortie de l’Union Européenne, donc de l’Euro, il s’agit, comme à Londres, d’une vue de la capitale mais non de la France profonde, des agriculteurs, des ouvriers, du peuple quoi !

La Grande Bretagne n’a pas quitté l’Europe, elle a rejeté l’Union Européenne par souci de souveraineté et d’immigration non contrôlée (mais cette revendication prioritaire a été occulté par tous les médias) et, accessoirement, contre l’entrée de la Turquie dans l’UE.

La Bourse s’est trompée, et elle se trompe pourtant rarement, et la grande peur de l’UE, à présent qu’elle est fragilisée comme elle ne l’a jamais été, est la contagion qui risque de s’emparer, pour des raisons totalement différentes, de plusieurs pays européens : d’un côté le Danemark, la Suède, les Pays-Bas et, peut-être, la Hongrie et l’Autriche et cela pour des raisons identiques à celles de l’Angleterre, de l’autre, le Portugal, l’Espagne, l’Italie pour également des raisons prioritaires d’immigrations mais aussi pour d’autres d’ordres plus économiques et financières, identiques par exemple à celles de la Grèce, mais toujours contre l’entrée de la Turquie dans l’UE.

Et la France ? Elle aurait toutes les raisons cumulées, citées ci-dessus, d’envisager un même destin mais on se gardera bien de proposer un référendum, surtout après lecture du résultat anglais, bien que ! même si la « sortie » l’emportait, est-ce que la volonté des citoyens français serait respectée ? En 2005 le NON avait gagné et pourtant !

Ce dont l’Europe a le plus peur actuellement c’est justement le test, l’exemple, que va donner la sortie de l’Angleterre : si ce n’est pas la catastrophe annoncée, et ce ne le sera pas, si c’est une réussite à court ou moyen terme, alors il est certain que d’autres suivront et ce sera la fin de l’UE.

Aujourd’hui l’UE a les cartes en mains et c’est à elle de jouer. Si elle ne se réforme pas totalement elle court à la catastrophe, mais en aura-t-elle le courage ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.
source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS