Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 02:38

La campagne électorale est ouverte et, avec elle, la boîte à belles promesses financées par « l’argent des autres ».

Une idée chemine actuellement dans les médias, celle du revenu universel, dit aussi revenu de base, ou encore allocation universelle. Les électeurs Suisses viennent de rejeter à une très large majorité la proposition de création d’une allocation universelle de 2 500 francs suisses (soit un peu moins de 2 000 euros). La Finlande va tester ce dispositif dans les régions les plus touchées par le chômage. En France, les candidats à la présidence commencent à en parler.

Le principe du revenu universel est celui d’une allocation versée à tous, sans conditions. Pour les uns, ce revenu servirait seulement à alimenter la vie quotidienne ou à l’améliorer. Pour les autres, il permettrait d’accumuler un capital au fil des ans grâce à la magie des intérêts composés. Il pourrait constituer une assurance retraite, maladie et chômage complémentaire. Ou, un fond de financement de projet — pour monter son entreprise, par exemple.

Quels sont ses avantages ??

 « L’assurance d’un certain revenu minimum pour tous, une espèce de plancher en-dessous duquel personne ne devrait tomber même lorsqu’il n’arrive pas à s’auto-suffire, apparaît non seulement comme une protection tout à fait légitime contre un risque commun à tous, mais un élément nécessaire de la Grande Société dans laquelle l’individu n’a plus de demande spécifique pour les membres d’une communauté particulière dans laquelle il est né. »

(...)

Les trois atouts du revenu universel?

Un revenu de base favoriserait la paix sociale. Pas de réclamations, l’individu n’a plus de demande spécifique, le revenu universel y pourvoit, à chacun de décider à quelles fins l’allouer.

(...)

Mais, parlons maintenant des détails

N’est-il pas très optimiste de penser que toutes les allocations existantes disparaîtraient au profit du revenu universel, comme par enchantement ? On connaît la résistance aux réformes de la France.

Qu’est-ce qu’un revenu décent ? Un Provençal à l’abri de la rigueur climatique a-t-il les mêmes besoins qu’un Jurassien de la « Petite Sibérie », un jeune les mêmes qu’une personne âgée ?

Qu’est-ce que l’universalité ? La Finlande applique le revenu de base dans les régions les plus touchées par le chômage, il n’est donc plus universel. Idem en Inde, où il n’a été appliqué que dans le district d’Indore, sans résultats probants. Celui de l’Alaska, qui est indexé sur la rente pétrolière, est-il pérenne ? La région Aquitaine prévoit de financer l’étude d’un RSA inconditionnel de 514 euros pour un adulte seul ; « seul » est déjà un critère à contrôler.

Qui paye ? Pour que quelqu’un reçoive, il faut toujours que d’autres aient produit. Paieront ceux qui, par aspiration, poursuivent des objectifs financièrement ambitieux, me direz-vous. Mais s’ils ne sont pas assez nombreux, ou même minoritaires ? Nous sommes en démocratie, donc la majorité ne réclamera-t-elle pas toujours plus à la minorité qui financera ? (...)

Si ce thème revient sur le tapis en France en ce moment, n’est-ce pas parce que les politiciens veulent encore donner à rêver à une population désenchantée de son Etat providence ?

Comme le disait l’économiste français du XIXe siècle, Frédéric Bastiat : « L’Etat, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd’hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d’autrui. Ce sentiment, on n’ose l’afficher, on se le dissimule à soi-même ; et alors que fait-on ? On imagine un intermédiaire, on s’adresse à l’Etat. »

Les siècles passent, mais la nature humaine change peu. Les politiciens l’ont compris et se nourrissent de ces attentes étatistes. Mais, si la pauvreté a reculé dans les pays dits émergents, ce n’est pas grâce au revenu universel. C’est grâce à l’industrialisation et à la multiplication des échanges. Mieux vaut investir sur vous-même que compter sur un revenu universel pour vivre heureux !

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie