Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 23:43
Depuis huit mois, deux cents Français salariés du géant de construction Saudi Oger en Arabie saoudite ne perçoivent plus leurs salaires.





© AFP 2016 CHRISTOPHE ENA
La France et L’Arabie Saoudite : toujours alliés ?

Restés sans travail et sans argent, ils n'ont plus le droit de renouveler leurs permis de séjour, et donc leurs visas de sortie. 
L'architecte-urbaniste Rémy Catusse décrit leur situation comme "une lente descente en enfer" dans l'indifférence générale.
Dans un vaste monologue publié parl'Obs, M.Catusse affirme qu'ils ont touché leur dernière salaire en septembre 2015 et "depuis, plus rien".
"Lorsque nous n'avons plus été rémunérés, certains salariés ont fait grève. Mon chef s'est alors peu à peu transformé en dictateur: ce n'était pas parce que nous n'étions pas payés que nous ne devions pas arriver à l'heure. Il s'est mis à couper des demi-journées de salaire aux employés", raconte l'architecte.
Il indique avoir pris contact avec une avocate en France qui défendait les expatriés avant d'écrire une lettre invitant Saudi Oger à négocier les conditions de son départ. 
Cependant, l'entreprise est restée indifférente, étant régie par le droit du travail saoudien.



© REUTERS/ CHRISTOPHE ENA/POOL
Quand la France décore le prince saoudien... pour sa lutte contre l’extrémisme!

"En Arabie saoudite, si une société ne rémunère pas ses salariés en temps et en heure, cette dernière ne peut plus renouveler leurs titres de séjours (…). 
Chez Saudi Oger, nous nous sommes retrouvés dans des situations rocambolesques, à continuer de travailler tout en sachant que nous étions hors-la-loi", raconte Rémy Catusse.

De plus, sans titre de séjour valide, les comptes bancaires saoudiens sont automatiquement bloqués. Dans le même temps, l'expatrié a découvert qu'il n'avait pas le droit au chômage en France, Saudi Oger n'ayant pas versé ses cotisations aux différents organismes français.

Au total, 50.000 salariés de Saudi Oger se trouvent dans cette situation catastrophique, mais aucune action commune n'est engagée, indique l'architecte. 

Les Français sont allés jusqu'à rédiger un courrier à l'attention de Jean-Marc Ayrault, mais leur appel au secours est resté lettre morte.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS