Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 00:55

Dans un rapport publié ce mercredi, les magistrats de la rue Cambon tirent la sonnette d’alarme sur un dérapage probable des dépenses publiques en 2017.

« Un risque significatif de non-respect des objectifs de déficit dès 2017″. La Cour des comptes n’y va pas de main morte dans son traditionnel rapport sur les perspectives des finances publiques, publié mercredi 29 juin. En particulier, elle tire la sonnette d’alarme sur un dérapage probable des dépenses publiques alors que le gouvernement s’est fixé un objectif sans précédent: près de 19 milliards d’euros d’économies, qui doivent permettre à la France de repasser sous la barre fatidique des 3% de PIB de déficit.(…)

La situation s’annonce encore plus tendue en 2017. « Les indications disponibles aujourd’hui ne vont pas dans le sens d’une modération des dépenses. » Principal sujet d’inquiétude: la masse salariale. Le gouvernement a décidé de lâcher du lest et d’en finir avec le gel du point d’indice servant au calcul des salaires des agents. Une mesure qui devrait coûter 2,3 milliards en année pleine. (…)

Au-delà des risques de dérapages, la Cour s’agace, une fois de plus, du manque de réformes d’ampleur: « les mesures prises ces dernières années pour peser sur les dépenses ont consisté pour l’essentiel à agir sur les indexations et à restreindre la progression des crédits à missions constantes, sans en revoir le champ. Elles ne portent pas en germe d’économies nouvelles au cours des années à venir. »

Pour l’instant, le gouvernement n’a pas détaillé le contenu de la troisième tranche du plan d’économies de 50 milliards, prévue en 2017. Il attend l’issue des nouvelles « revues de dépenses » engagées. Mais la Cour est d’ores et déjà sceptique: « il est peu probable qu’elles fournissent des pistes d’économies à la hauteur de l’objectif retenu d’une stabilisation en volume de la dépense publique (hors charges d’intérêt et crédits d’impôt) ». Ce sera au prochain président, élu en mai prochain, de gérer la douloureuse. (…)

Source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS