Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 00:43

La Turquie aspire à sortir de son isolement sur la scène internationale, en normalisant entre autres ses relations avec la Russie et Israël et en assouplissant sa position sur la question syrienne.

Une fois réconciliée avec la Russie, la Turquie se montre prête à des compromis sur la Syrie, susceptibles d'opérer un revirement dans l'évolution du conflit, long de cinq ans, constate The Financial Times, se référant à des diplomates et à des sources au sein de l'opposition syrienne.

 

L'isolement international d'Ankara a son explication. La Turquie soutient en effet les opposants syriens qui combattent contre les forces gouvernementales, épaulées par la Russie, et contre les terroristes, tout en s'opposant aux Kurdes, appuyés par les Etats-Unis et constituant une force efficace dans la lutte contre l'Etat islamique (Daech). 

Après l'attentat sanglant à l'aéroport d'Istanbul qui a été perpétré par des djihadistes-kamikazes de Daech et a fait plus de 40 morts, la Turquie se montre prête à revoir ses priorités en la matière.

Vendredi 1er juillet, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et son homologue turc Mevlut Cavusoglu ont convenu d'intensifier les contacts en vue de normaliser les relations bilatérales et de relancer le groupe de travail russo-turc sur la lutte antiterroriste. 

Selon certains médias, la Turquie a également organisé en toute discrétion une rencontre entre les leaders de l'opposition syrienne et les représentants russes. Par ailleurs, par l'intermédiaire de l'Algérie, Ankara a établi un canal de liaison secret pour discuter de la question kurde avec les dirigeants syriens. 

Les analystes évaluent en outre l'intensification des contacts d'Ankara avec Israël comme une tentative de la Turquie d'en finir avec son isolement international.

Quoi qu'il en soit, on ignore toujours quelles concessions concrètes la Turquie est prête à faire au nom de la lutte commune contre Daech, bien que beaucoup supposent qu'Ankara pourrait consentir à certains compromis concernant les forces kurdes. 

Les relations entre Ankara et Moscou se sont envenimées après que la Turquie a abattu un bombardier russe Su-24 à la frontière syro-turque en novembre dernier.

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a envoyé à son homologue russe Vladimir Poutine un message dans lequel il a présenté ses excuses pour la mort du pilote du bombardier russe abattu et exprimé la volonté de faire le nécessaire pour restaurer les relations amicales traditionnelles entre la Turquie et la Russie. Cela a initié le processus de normalisation entre les deux pays, dont la levée de l'interdiction russe de la vente de voyages vers la Turquie.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS