Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 01:11
 
Le 3 juillet à l'appel du métropolite Onuphle, primat de l’Église orthodoxe d’Ukraine (patriarcat de Moscou), des dizaines de milliers de fidèles se sont lancés dans une immense « Marche pour la paix, l’amour et la prière pour l’Ukraine » venant de l'Est et de l'Ouest à travers les oblasts d'un pays ravagé par une guerre fratricide depuis plus de 2 ans.
 
Ils sont aujourd'hui des dizaines de milliers, partis de 2 directions principales, le 3 juillet du monastère de la Sainte-Assomption à 750 km à l’est de Kiev, et le 9 juillet de Potchaïev, à 400 km à l’ouest. L'arrivée est prévue pour les 2 processions le 27 juillet dans la capitale ukrainienne, sur le sanctuaire de la laure de Kiev, au jour anniversaire du baptême orthodoxe de la Rus de Kiev.
 
 
Cette initiative religieuse organisée par la communauté religieuse la plus importante de l'Ukraine, l'église orthodoxe du Patriarcat de Moscou, n'est pas sans déplaire au nouveau pouvoir de Kiev qui depuis le Maïdan laisse éclater une russophobie fanatique pour ne pas dire hystérique...

Pour lire des témoignages de pèlerins de ce pèlerinage, voir le lien ici : "Le bien en Marche" 
 
Dès les premiers jours du pèlerinage, les ukropithèques ont accusé la foule l'initiative d'être un cheval de Troie du FSB pour déstabiliser le gouvernement Porochenko, et les fanatiques paramilitaires de Prayvi Sector de commencer une série de provocations sur l'itinéraire emprunté par les fidèles...
 
Malgré ces insultes délirantes, malgré les menaces grandissantes et la chaleur de l'été le flot pacifique a continué sa progression aux rythmes des prières et des chants traditionnels de la foi orthodoxe russe qui anime depuis plus de 1000 années les âmes vivant sur les berges du Dniepr...
 
Le régime de Kiev, sous influence bandériste, désire plus que tout briser cette dynamique populaire avant qu'elle n'atteigne sa dernière étape qui sera sans nul doute fortement médiatisée. Aussi après avoir lâché des pitoyables insectes rouge et noir de Prayvi Sector, Kiev mobilise l'appareil politicien dans sa croisade contre le pèlerinage.
 
Les routes de cette double procession religieuse qui couvre 12 diocèses, se rejoignent sur le ville de Boryspil ou la réunions des pèlerins de l'Est et de l'Ouest est prévue le 25 Juillet. Boryspil est en effet la dernière étape avant l'arrivée des pèlerins au sanctuaire de Vladimirskaïa Gorkak de la laure de Kiev
 
Or, les autorités de la ville, avec celles de l'oblast de Kiev dont elles dépendent viennent d'interdire aux organisateurs de traverser leur territoire :
 
"Afin d'éviter les provocations et les conflits religieux et des émeutes, afin d'assurer l'ordre public, le fonctionnement calme et stable des établissements, des institutions et des entreprises de la ville, en évitant les embouteillages, la communauté exige que les participants de la procession n'entre pas dans la ville Boryspil"
 
De plus les autorités ont exhorté les habitants "à ne pas soutenir l’initiative du Patriarcat de Moscou et de décourager leurs parents et amis à y participer." 
 
 
Nous voyons donc ici un pouvoir kiévien drogué par ses propres fantasmes belliqueux vouloir défier un pouvoir religieux animé par une foi ancestrale et pacifique. D'un côté une propagande de guerre occidentale cherchant à voir dans cette procession l'expression d'un « christianisme politique » subversif au service de Moscou, et de l'autre un rassemblement populaire animée par le désir de retrouver la paix dans ses foyers meurtris par la guerre du Donbass.
 
Jusqu'où les ukropithèques sont-ils prêts a pousser cet affrontement ? Oseront-ils l'impensable en usant de la violence contre les prêtres les moines et les pèlerins ? 
C'est peut-être aussi une raison non avouée de cette interdiction prononcée par la municipalité de Boryspil : éviter d'être le théâtre d'affrontements inévitables !
 
Car il est probable si la sécurité des pèlerins n'est pas organisée officiellement que des extrémistes bandéristes, organisés ou pas, après quelques vodkas et coups de soleil tentent des actions folles pour ensuite accuser les services russes d'avoir provoqué le pouvoir en manipulant ce pèlerinage. 

Ce qui est sûr c'est que désormais cette procession pour la Paix se dirige vers une ligne de front déclarée !
 
A suivre...
 
Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS