Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

12 juillet 2016 2 12 /07 /juillet /2016 01:23

Au total, ils sont près de 500 conseillers à chercher la porte de sortie.


François Hollande, nous assure-t-on, continue de croire en sa bonne étoile : Président il est, Président il sera. 
Quitte, s’il y parvient, à vivre en cohabitation après une inévitable gamelle aux législatives ; chose qui, dit-on encore, satisferait pleinement sa nature consensuelle et rassembleuse. 
Là où l’on voit que, de son ami Chirac, il n’a pas hérité que l’amour de la Corrèze…
Mais si Hollande y croit, sa foi n’est pas vraiment partagée par l’entourage, et le microcosme des ministères est déjà gagné par l’agitation des grands départs. 
Bref, s’il est question de vacances, c’est davantage celle du pouvoir qui les préoccupe que le farniente sur les plages. 
Le Figaro de ce jeudi s’est penché sur le sort de tous ces malheureux qui cherchent fébrilement à « se recaser dans le privé ou l’administration »
Rien de nouveau à dix mois des présidentielles, me direz-vous. 
Quoique… on dirait bien, quand même, que quelque chose a changé.
Que toute la cour, les conseillers du palais et des dépendances, les serviteurs du roi et de ses ministres lorgnent vers les plus hautes fonctions de l’administration ou des grands groupes, c’est classique. 
Ce qui l’est moins, semble-t-il, c’est qu’on ne leur déroule plus si facilement le tapis rouge. 
« L’époque où 18 mois de cabinet valaient 10 ans d’expérience ailleurs semble révolue », disent les recruteurs, d’autant que, « au total, ils sont près de 500 conseillers à chercher la porte de sortie ».

500 conseillers pour en arriver là !

 Pas étonnant que personne n’en veuille ! 
D’autant que tous ne sont pas logés à la même enseigne. 
Nicolas Boudot, du cabinet Tilder, les classe en trois catégories : d’abord les chats, « attachés à un ministère et spécialistes d’un domaine »
Puis les chiens, ceux qui « sont liés à une personnalité politique qu’ils suivent au gré des remaniements »
Enfin, les singes qui « passent de branche en branche, d’une personnalité à une autre, d’un ministère à un autre ».
 C’est chez les « chiens » et les « singes » que la pression monte dangereusement.

« On a fait les grandes écoles, on est passé par l’administration, on a fait du cabinet, rencontré des tas de gens ; mais, finalement, nous ne rentrons dans aucune case des grandes entreprises : ressources humaines, commerce, marketing. Il faut tomber sur un patron qui décide de croire en nous et de prendre un risque », dit un jeune loup qui se voyait déjà PDG chez Axa ou Airbus. 

D’autant que tous ces petits barons ont des prétentions de salaire totalement déconnectées de la réalité : « Les salaires nets varient de 4.500 euros pour un jeune chargé de mission de 25 ans jusqu’à 11.000, 12.000, 13.000 euros pour les conseillers les plus gradés. Des rémunérations hors-sol, surévaluées de 20 à 30 % par rapport à ce que vaut la personne », explique un membre du cabinet Citéa. 

Et puis, surtout, la nouveauté, c’est la démonétisation totale du politique. 
Comme l’explique un patron du CAC 40 : « Je ne recommande plus à un jeune de passer par la case ministère pour se faire un carnet d’adresses et acquérir de l’entregent, il y a aujourd’hui bien mieux pour ça. » 
Il y a le monde réel, celui de l’entreprise, du risque, de la créativité. 

« Le monde est beaucoup plus ouvert. Il est dominé par des start-up qui n’en ont rien à foutre de ce qui se passe dans les palais de la République », confie au Figaro le directeur de la communication d’un grand groupe, et « si je devais recruter un responsable des relations presse, je n’irais pas le chercher chez Macron. Je prendrais un digital native ».

Tout est dit. 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS