Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 01:28

Le Conseil d’Etat a suspendu l’application d’un arrêté anti-burkini. Pour le professeur de droit Jean-Louis Harouel, il existe depuis longtemps le risque qu’un gouvernement des juges se substitue au peuple. L’affaire du burkini en est une illustration.

 

Le Conseil d’État s’est gardé de voir que les porteuses de burkini — de même que les porteuses de toute autre forme de voile islamique — sont les militantes convaincues ou dociles d’un djihadisme civilisationnel en train d’opérer la conquête feutrée de notre pays.

 

 

«État de droit» signifie trop souvent condamnation à l’impuissance des peuples européens face à l’immigration de masse qui les submerge et à l’islam qui est en train de conquérir leurs pays. Pour pouvoir réagir, il faudra nécessairement bousculer quelque peu l’État de droit tel qu’il est aujourd’hui imposé aux Européens sur le mode suicidaire par la religion des droits de l’homme.

 

Si le libéralisme de cette jurisprudence était justifié dans des périodes apaisées, il est beaucoup moins adapté aux temps difficiles tels que ceux que nous traversons.

En l’espèce, le Conseil d’État s’est abstenu de prendre en compte le fait que la France est engagée dans un affrontement de civilisations ayant fait en un an des centaines de mort sur le territoire national, ce qui entraîne le maintien de l’état d’urgence. L’islamisme fait la guerre à la France et il n’y a pas de véritable frontière entre islam et islamisme.

Le Conseil d’État s’est abstenu de prendre en compte le fait que la population était choquée de voir s’exhiber les burkinis sur les plages alors que de terribles massacres venaient d’être commis en France par des musulmans au nom de leur Dieu.

Au lendemain du carnage de la promenade de Nice et de l’égorgement d’un prêtre dans l’exercice de son ministère, toute montée en puissance de l’affichage identitaire musulman en France est proprement indécente.
Le Conseil d’État s’est abstenu de prendre en compte le fait qu’est actuellement en cours une conquête silencieuse de l’Europe occidentale. Cette conquête est inscrite dans le Coran où l’on peut lire qu’Allah a promis aux musulmans de leur donner en butin la terre des infidèles. [...]

Dans notre pays, l’islam est aujourd’hui une civilisation conquérante qui combat la nôtre et prétend la remplacer. Or, face à une civilisation conquérante, on ne peut pas se contenter d’être neutre: on se défend et on contre-attaque. [...]

En favorisant au nom des droits de l’homme la conquête de notre pays par la civilisation arabo-musulmane, le Conseil d’État jette pudiquement le manteau de Noé sur le caractère structurellement ultradiscriminatoire de l’islam.

Le Figaro

via http://www.fdesouche.com/760361-burkini-la-decision-conseil-detat-meriterait-le-nom-de-marche-vers-la-dhimmitude

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS