Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 00:45

La non-mixité raciale est-elle un outil d’émancipation ou le signe d’un dangereux repli communautaire s’interroge Sylvia Zappi journaliste au Monde ? La polémique fait rage depuis l’organisation d’un camp d’été « décolonial », prévu du 25 au 28 août, réservé « aux personnes subissant le racisme » – les non-Blancs.

Quand on est issu d’une famille immigrée et pauvre, disent ces militants, comment se ­reconnaître dans ces organisations où dominent les quinquagénaires blancs issus de ­milieux favorisés ?

Comprendre plutôt que condamner : telle est la démarche que prône aujourd’hui l’historien François Durpaire. « Il faut éviter de voir ce phénomène de manière émotionnelle et analyser les motivations de ses acteurs », explique-t-il.

Lancée par les militantes antiracistes Sihame Assbague et Fania Noël, cette initiative fait suite à d’autres événements « non mixtes », où ceux qui se nomment les « racisés » entendent se retrouver pour discuter et élaborer leurs outils de lutte. Un même élan a poussé des étudiantes de l’université Paris-VIII, frappées par l’absence de minorités visibles lors des assemblées générales contre la loi El Khomri,à organiser une semaine de débats intitulée « Paroles non blanches ».

Ces réunions ont aussitôt été dénoncées comme excluantes, voire dangereuses. Cette «dérive identitaire» est le signe d’une «déstructuration complète de la politique», a estimé le politiste Laurent Bouvet. «Sous couvert d’antiracisme, notre pays risque de voir émerger des “Ku Klux Klan inversés , où «le seul critère qui vaille sera la couleur de peau», a renchéri le président de la Ligue internationale contre le racis­me et l’antisémitisme (Licra), Alain Jakubowicz. Quant à la ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, elle a condamné «absolument» ces réunions qui «confortent une ­vision racisée et raciste de la société». [...]

Les associations antiracistes existantes, comme la ­Ligue des droits de l’homme ou le MRAP, leur semblent exsangues et surtout dépassées. [...]

Souvent taxés de « communautarisme », ils sont, depuis qu’ils organisent des moments non mixtes fondés sur l’origine raciale, soupçonnés de racisme. « C’est extrêmement négatif car ils racialisent les rapports sociaux, estime ainsi Didier Leschi, ancien préfet à l’égalité des chances de Seine-Saint-Denis et coauteur de La Laïcité au quotidien. Guide pratique ­(Folio, 110 p., 7,10 euros). C’est un mécanisme d’exclusion qui ne peut que renforcer ceux qui pensent qu’il y a une division de l’humanité organisée sur la race, ce qui est le cas de l’extrême droite. » [...]

Le Monde

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS