Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

29 août 2016 1 29 /08 /août /2016 02:55

De jeunes français ont passé trois semaines dans la colonie de vacances d’Artek en Crimée, en dépit de la pression exercée sur leurs parents compte tenu de la situation politique de la presqu’île. Ils ont raconté leur séjour à RT.

Un groupe de 22 enfants français âgés de 11 à 16 ans s’est rendu en Crimée en août pour passer des vacances dans la colonie internationale Artek, sur la côte de la Mer noire. Ce séjour a été une réussite en dépit des pressions exercées sur les parents, dont certains ont reçu des coups de téléphone menaçants.

«Où envoyez-vous vos enfants, c’est un territoire occupé, il y a des attentats, la situation est instable là-bas», se sont-ils entendus dire, a confié à RT l’une des organisatrice du voyage, la géopoliticienne russe, Alesya Miloradovitch. «En fin de compte, de nombreux parents ont eu vraiment peur et refusé d’envoyer leurs enfants à Artek au dernier moment, en dépit du fait qu’ils perdent de l’argent. Le groupe a été reconstitué trois fois», a déploré l’organisatrice.

 
 

«Artek est une super colo !»

Mais malgré toutes ces difficultés, les enfants ont pu profiter et apprécier leur voyage. «On a fait des activités en Crimée. On a fait, par exemple, du cerf-volant, on a découvert le pays, on a escaladé la montagneAyu-Dag, on est allés à la mer. Je me suis fait beaucoup d’amis russes et français.
La Crimée, c’est un très beau pays, comme on l’a visité, je peux le confirmer», explique Stephane, l’un des adolescents du voyage.Un autre garçon Bogdan a été très ému en parlant d’Artek : «C’était super ! L’avant dernier jour, c’était un peu triste, parce qu’on allait partir. Mais j’ai trouvé ça super. Nickel !».«Artek, c’était la première fois pour moi en Russie. Ça m’a beaucoup plu de découvrir une nouvelle culture, un nouveau type de gens, j’ai beaucoup aimé ça, il y avait une super ambiance dans le groupe. C’est une super colo. Et si je pouvais le refaire, je le referai», estime pour sa part Lorenzo.

Les enfants ont confirmé que leurs parents avaient d’abord été «un peu méfiants» à propos d’Artek. Les parents de Lorenzo, par exemple, ont envoyé des emails à Artek pour se renseigner. Quand ils ont obtenu les informations qu’ils désiraient, ils ont décidé de laisser leur fils y passer ses vacances. «Et je pense qu’ils ont fait un bon choix», souligne Lorenzo. Les parents de Stéphane étaient eux aussi, méfiants, mais «après, ils se sont dit que ça serait peut-être bien et finalement, ça s’est bien passé», précise encore le jeune homme.

Lire aussi : Une délégation américaine visite la Crimée pour un voyage d’affaires

Pour franchir la barrière de la langue, les enfants ont utilisé les moyens dont ils disposaient. Ils communiquaient entre eux en anglais et lorsque ce n’était pas possible, des enfants franco-russes faisaient office de traducteurs.

Et au vu de l’enthousiasme affiché par les jeunes, Artek pourrait connaître un succès croissant. «Revenir en Russie ? Oui. En Crimée aussi, et surtout à Artek. Ça m’a bien plu. C’était une très bonne expérience. Y revenir, cela serait bien pour se faire de nouveaux amis russes […] pour faire de nouvelles connaissances, pour rencontrer de nouvelles personnes», reconnaît Stephane.

Russophobie ou russophilie ?

L’organisatrice de ce voyage, Alesya Miloradovitch, a reconnu que la politique officielle de la France était parfois russophobe, mais qu’en parallèle «la russophilie non officielle est bien plus grande» dans le pays. Elle a ainsi pu bénéficier des soutiens à haut niveau. «Le ministère français de la Défense, des parlementaires nous ont beaucoup soutenus. Nombreux sont ceux qui trouvent que cette initiative est bonne», a-t-elle confié à RT. Alesya Miloradovitch a assuré qu’elle continuerait à organiser de tels voyages.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS