Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 23:42

Moins de deux semaines après la stagnation de la croissance, la production industrielle recule pour le deuxième mois consécutif.

Les mauvais signaux pour l'économie française se succèdent. La semaine dernière les professionnels du tourisme révélaient l'ampleur de l'impact des attentats sur le secteur touristique.

Ce mercredi, l'institut des statistiques (Insee) met en relief les conséquences des récents blocages menés contre des raffineries à l'occasion des mouvements de protestation contre la loi travail sur la production industrielle française. L'indicateur a ainsi reculé de 0,8% en juin, après un recul de 0,5% en mai, selon les chiffres publiés l'Insee.

Et si l'on ne tient compte que de l'industrie manufacturière, le recul s'élève à -1,2%.

À l'exception des industries extractives (+1,9%), tous les secteurs sont en recul plus ou moins prononcé: de -0,3% pour les industries agro-alimentaires à 12,4% pour le raffinage dont la production avait déjà nettement chuté entre les mois d'avril et de mai (-21%).

Cette mauvaise nouvelle vient s'ajouter à la stagnation du PIB au deuxième trimestre sur fond de consommation déprimée et d'investissement en recul publiée il y a un peu moins de deux semaines. Surtout, avec elle, l'optimisme affiché en avril dernier par le président François Hollande et son fameux «ça va mieux», a un peu plus de plomb dans l'aile.

Une contreperformance d'autant plus navrante que les principaux concurrents européens de la France, à savoir l'Allemagne (+0,8%) et le Royaume-Uni (+0,1%), affiche des statistiques bien plus réjouissantes. Même si elles ne tiennent pas encore compte de l'impact du Brexit.

 
 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS