Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 septembre 2016 3 14 /09 /septembre /2016 02:38


Photo Jean-Pierre Brunet

Avant fin 2016, les préfets de France (sauf Ile-de-France et Corse) devront avoir trouvé 12 000 places d’hébergement pour les migrants de Calais et de Paris, selon un article du « Figaro » publié dans son édition de ce mardi 13 septembre.

De quoi, si l’information se confirme, préciser le calendrier de démantèlement de la « jungle » où vivent près de 10 000 migrants. Selon nos informations, ces départs vers ces hébergements devraient se faire par vagues de plusieurs centaines voire milliers de personnes.

 

Dans un article publié dans son édition de ce mardi 13 septembre, Le Figaro indique avoir eu connaissance des consignes envoyées aux préfets. « Afin d’accueillir les migrants de Calais et de la plaque parisienne, le schéma de mobilisation de places d’hébergement sur l’ensemble du territoire a été validé », indique un « relevé de conclusions » daté du 1er septembre, fixant des « orientations qui valent instructions » selon le journal. Avant fin 2016, les préfets de France (sauf Ile-de-France et Corse) devront ainsi avoir trouvé 12 000 places.

La méthode n’est pas une surprise… Lors de sa visite à Calais le 2 septembre pour tenter de déminer l’ action de blocage de l’A16 du 5 septembre par des acteurs économiques du Calaisis demandant le démantèlement de la « jungle », Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, rappelait que ce démantèlement se ferait par des départs vers des centres d’accueil et d’orientation (CAO) partout en France, en vue d’une demande d’asile. Départs qui existent depuis octobre 2015 avec, pour objectif, de desserrer la pression migratoire sur Calais.

Cette information de nos confrères précise toutefois le calendrier du démantèlement qui devrait donc intervenir fin 2016 ou début 2017. On reviendrait alors à l’objectif avancé fin 2015 par l’État : 2 000 migrants à Calais fin 2016 . Soit 1 500 au centre d’accueil provisoire ouvert en janvier 2016 , 500 au centre d’accueil Jules-Ferry (femmes et enfants) opérationnel depuis mars 2015… et une « jungle » vidée. La journée d’action du 5 septembre aura-t-elle joué sur la tenue de ces objectifs dont le respect semblait bien mal engagé en cette rentrée ( 7 000 migrants à Calais selon la préfecture, 9 000 selon les associations ) ?

Contactéer, la préfecture du Pas-de-Calais n’a pas souhaité de faire de commentairesrappelant simplement que Bernard Cazeneuve avait appelé « à faire le plus rapidement possible ».

Les départs vers des centres d’accueil en France devraient s’intensifier dans les semaines qui viennent.

Selon nos informations, les départs en CAO en vue de ce démantèlement rapide pourraient se faire par vagues de plusieurs centaines voire milliers de migrants en fonction des places mobilisées ailleurs en France. La destruction du nombre correspondant d’abris de la « jungle » interviendrait alors simultanément. Le processus devrait être enclenché mi-octobre.

Depuis deux mois déjà, le nombre de candidats au transfèrement (plusieurs par semaines) vers les CAO est supérieur au nombre de places disponibles. Ces prochaines semaines, le travail de persuasion des migrants de Calais mené par les « maraudeurs » de l’Office français de l’immigration et de l’intégration va donc s’accélérer autant que la recherche de places d’accueil dans l’Hexagone.

Quid du sort réservé aux non-candidats au départ tentés par le passage en Angleterre? Des dispositifs d’aide au retour volontaire (*) et d’éloignement seront mobilisés. Pour celles dont la demande d’asile relève d’un autre État de l’Union européenne « des assignations à résidence pourront être notifiées durant la préparation du transfert vers le pays compétent pour l'examen de leur demande », précise Le Figaro.

(*) 300 migrants de Calais se sont engagés dans cette démarche depuis début 2016 (contre 48 sur toute l’année 2015).

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS