Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 02:37

FIGAROVOX/TRIBUNE - Le JDD publie une enquête sur le rapport des musulmans à la laïcité et à la République. Pour Frédéric Saint Clair, les chiffres de cette étude révèlent une sociologie inquiétante de l'islam en France.


Frédéric Saint Clair est analyste en stratégie et en communication politique. Il a été chargé de mission auprès du Premier ministre Dominique de Villepin. Son livre, La refondation de la droite, vient de paraître aux éditions Salvator.


Une bombe! L'enquête publiée par le JDD ce dimanche a fait l'effet d'une bombe, et, autant dire que les secousses ne sont pas prêtes de s'estomper. Les chiffres révèlent une sociologie de l'islam en France que beaucoup d'idéologues préféraient nier car ils mettent à mal leur désir de construction d'une société multiculturelle apaisée. Ces chiffres sont pourtant utiles.
Car la France qui s'enorgueillit d'être le pays des Lumières, c'est à dire celle du raisonnement et du discernement, celle du positivisme, de la pensée scientifique, produit des statistiques sur toutes sortes d'objets, d'individus, de catégories sociales, professionnelles, sanitaires, etc., mais refuse d'ouvrir les yeux sur la réalité ethnico-religieuse de sa population.
En résulte des tensions sociales de plus en plus fortes, et une coupure entre une population sans cesse confrontée à la réalité et une élite déconnectée qui nie cette réalité sous prétexte de préserver la paix civile.

Notons, en préambule, un point extrêmement important. L'Institut Montaigne a fait preuve d'un grand discernement, et l'Ifop qui a réalisé le sondage également: pas de mélange entre islam et islamisme terroriste. Cette étude s'intéresse à la sociologie des musulmans de France ; elle évacue l'ersatz perturbateur qui ensanglante notre pays. Pas d'amalgame donc. Le constat est clairement posé, il concerne la vie civile. Et c'est d'ailleurs pour cette raison que cette enquête est détonante, car elle est centrée sur la partie des musulmans qui sont ordinairement qualifiés de «modérés», et non sur la partie radicalisée violente qui commet les attentats, et qui, de l'avis de tous, n'a rien de commun avec l'islam.

Parmi ces musulmans que la gauche bien-pensante qualifie de «modérés» et de «respectueux des valeurs de la République», 29% estiment que la loi islamique, la charia, est plus importante que la loi de la République. Près du tiers.

Ce chiffre est considérable ; c'est une gifle à tous les idéologues qui accablent les ondes de leurs discours lénifiants depuis près de deux ans. Nous lisons également que parmi ces musulmans qui ont été qualifiés de modérés, 25% des hommes et 44% des femmes refusent de se rendre dans une piscine mixte ; 23% des hommes et 41% des femmes refusent de faire la bise à une femme/un homme.

On apprend également que 60% des musulmans estiment que les filles devraient avoir le droit de porter le voile au collège et au lycée ; c'est à dire que 60% des musulmans estiment que cette loi de 2004 qui sanctuarise l'école du point de vue de la laïcité et qui est si importante pour les français est en fait contraire à leur inclination naturelle.
Ces chiffres disent aux hérauts de l'intégration et du multiculturalisme la chose suivante: Votre modèle ne marche pas! Non seulement les Français n'en veulent pas, mais les musulmans non plus. Vous croyez que les musulmans s'intègrent au modèle occidental, mais la vérité c'est qu'ils s'y sentent mal à l'aise, et qu'une proportion importante d'entre eux le rejette radicalement.

Nous avons, dans l'ouvrage qui vient de paraître, La refondation de la droite, refusé de souscrire au mythe de cette «grande majorité de musulmans modérés respectueux des valeurs de la République», préférant repenser la répartition des musulmans de France sous trois catégories: sécularisés, modérés et orthodoxes, cette dernière catégorie concernant ceux qui estiment devoir extérioriser leur foi, d'une manière ou d'une autre, par un signe religieux. Nous n'avions cependant pas de chiffre à produire pour chaque catégorie.

L'Institut Montaigne et Ifop les offrent. Ils reprennent la catégorie des sécularisés (à l'intérieure de laquelle ils incluent les modérés) et l'estiment à 46%. Ils découpent les orthodoxes en deux catégories: les «fiers de leur religion» ou «islamic pride» et les «ultras», qui comptent respectivement pour 25% et 28%, soit 53%.
Par ce chiffre, ils expliquent le sentiment de malaise de la population française qui voit, impuissante, les voiles de toutes tailles se multiplier dans les rues de ses villes, hidjab, jilbab, abaya, sans que le pouvoir politique s'en soucie le moins du monde.
Plus de la majorité des musulmans - ce qui est gigantesque et contraire à tout ce qui a été répété dans les média jusqu'à aujourd'hui - revendique l'expression de leur foi dans l'espace public.

C'est à dire que plus de la majorité des musulmans estiment que l'expression de leur foi mérite d'être affichée, au mépris à la fois de l'esprit de la laïcité, et surtout au mépris de la tradition française qui n'a jamais été fécondée par le culte islamique, qui est étrangère historiquement et culturellement à ce culte.

Ces chiffres attestent que des individus de culture musulmane se révèlent, dans des proportions non négligeables - puisque les chiffres oscillent entre 29% et 53% - en décalage voire opposé à la culture du pays d'accueil.
Ces chiffres montrent par ailleurs, de manière dépassionnée, que le soi-disant rejet de l'islam par les français - accusés régulièrement d'islamophobie - n'est que peu de chose en comparaison du rejet de la culture, des traditions, de l'héritage français, et parfois de la loi républicaine, par cette fraction des musulmans oscillant entre 29% et 53%, c'est à dire supérieure au million d'individus.

Ceci devrait inciter nos dirigeants politiques à reconsidérer à la fois leur modèle d'intégration, manifestement en échec, et leurs politiques d'immigration ; car le défaut de prise en compte de la dimension conservatrice, indispensable dans l'évaluation de la capacité des entrants à embrasser la culture occidentale, se révèle aujourd'hui avec force.

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS