Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 04:28

appartement

Et encore une fois, un couple de propriétaires s'est réveillé, celui-ci ayant loué sa propriété afin de fournir un logement pour les réfugiés. Non seulement ce réveil est grand, mais également les coûts des dommages causés. Apparemment, les résidents n'ont pas suivi la pratique habituelle d'un locataire normal et ne peuvent pas apprécier la valeur de cette copropriété.

Le couple avait mis fin à sa pension "Hammerschmiede" à Rechenberg et a signé un contrat de location avec le bureau de district de Schwäbisch-Hall, prévu pour cinq ans et avec un loyer très modéré de 3'000 euros pour 627 mètres carrés.

Ce qui avait été d'abord envisagé comme une activité lucrative s'est avéré être un cauchemar, car l'intérieur du bâtiment ressemble à une scène de destruction. Brièvement dit: les appartements ruinés. Comme si cela ne suffisait pas, les frais pourraient être à la charge du couple. Et comme dans le cas de Bromskirchen, l'entraide a été plus qu'abusée ainsi que piétinée.

[...] Appartements encrassés, tapis couverts de brûlures, les carreaux et les thermostats ainsi que les radiateurs, les robinets, les réfrigérateurs et les cuisinières à induction cassés, revêtement de parquets gonflé et meubles de cuisine endommagés, des trous dans les rideaux et les tentures - et de la moisissure, beaucoup de moisissure, en particulier dans la salle de bain. La liste des défauts de l'avocat du couple Brenner est plus longue que trois pages A4. La pension de vacances, c'était autrefois.

"Aux périodes d'afflux, ils étaient environ 70 réfugiés", souligne Mme Brenner. "20 d'entre eux en visite. Il a toujours été dit «nous avons besoin encore de ça et encore de ça (Nd Schwarze Rose: Ils en voulaient toujours plus) - et moi comme un chien je l'ai encore fait", déclare Erna Brenner. "Nous ne pouvions même plus quitter la maison. (...) Je n'en peux plus."

(...)

Source Traduction Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS