Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 23:00

Interdiction. Le ministre de l’Intérieur a annoncé une procédure de dissolution contre l’association Sanabil, qui aidait les détenus musulmans. La structure, très présente dans les prisons françaises, est soupçonnée d’avoir de nombreux liens avec le djihadisme et l’islam radical.

Selon les informations du Parisien, l’association Sanabil, qui vient en aide aux détenus musulmans, « fait l'objet depuis jeudi d'une procédure d'interdiction intentée par le ministère de l'Intérieur, qui lui reproche notamment sa proximité avec le courant islamiste radical » explique le quotidien, qui précise également que le président de cette association est assigné à résidence… depuis le 23 novembre 2015 !

L’association, crée en 2010, a été déclarée à la sous-préfecture du Saint-Denis.

Ils ciblaient les détenus musulmans en prison

Le quotidien explique comment l’association recrutait de nouveaux membres : en contactant les détenus via un courrier type indiquant que « Dieu a mis une épreuve sur ton chemin, nous allons t'aider à la traverser ». Une relation épistolaire s’installe alors avec le détenu, l’association n’hésitant pas à envoyer des colis contenant « livres ou nécessaires de prière, notamment pendant le ramadan ».

Des liens étroits avec l’islam radical

Le président de l’association,  nous apprend le Parisien, n’est pas n’importe qui : il s’agit d’Antho. B., 38 ans, qui est surveillé par les services de renseignement français dès 2005, époque où, vivant alors en Egypte, il rencontre Jean-Michel Clain, l’homme qui avait enregistré sa voix sur les vidéos de l’Etat islamique revendiquant les attentats de Paris de l’année dernière.

Antho. B. est arrêté une première fois en 2006, soupçonné de vouloir partir faire le djihad en Irak. Le Parisienprécise qu’il est libéré après 75 heures de garde à vue… et, ce, « malgré une prolifique littérature salafiste retrouvée chez lui en perquisition ». C’est alors qu’il fonde son association Sanabil,  « devenue une plaque tournante de l'islam radical en prison, voire au-delà » selon une source proche des services de renseignement citée par le quotidien. 

Cazeneuve agit

Depuis hier jeudi, l’offensive judiciaire est lancée. Les avoirs de l’association sont gelés, et la dissolution de l’association devrait être annoncée par décret en Conseil des ministres le 16 novembre prochain, toujours selon le Parisien.

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS