Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 novembre 2016 3 02 /11 /novembre /2016 23:47

Stories.virtuemart.product.2794_page_01nsp_106 Sauf retournement de dernière minute, le comité directeur du SIEL (Souveraineté, Identité et Libertés) décidera, samedi, de quitter le Rassemblement Bleu Marine (RBM), tout en continuant à soutenir la candidature de Marine Le Pen à l’Elysée. Karim Ouchikh, président du SIEL, explique en exclusivité à « Minute » :

"Désaccord idéologique : [...] la direction nationale du FN se crispe depuis trois ans sur un rapport indigent à la politique qui se réduirait au seul clivage mondialistes/patriotes : en offrant un projet politique aseptisé qui évacuerait les questions identitaires et les préoccupations sociétales de nos compatriotes, elle espère renouer avec la dynamique électorale du référendum de 2005 sur le traité constitutionnel européen.

Le SIEL n’a jamais cultivé une telle illusion politique. Nonobstant l’importance des questions européennes, je considère que les valeurs et les combats de droite ne se sont pas volatilisés en France : pour faire vite, le traditionnel clivage droite/gauche continue donc à prospérer en se superposant désormais, selon les sujets, au clivage plus récent mondialistes/patriotes. 

De surcroît, il ne faut surtout pas se tromper de calendrier politique : les contingences politiques liées au référendum de 2005 ne sont en rien comparables avec celles qui domineront les scrutins à venir de 2017.

Désaccord électoral : alors que je plaide depuis des mois pour une véritable alliance entre le FN et le « bloc villiériste » (en bref, une droite souverainiste, conservatrice et éprise de libertés, fréquemment désignée sous le vocable de « droite hors les murs »), qui serait de nature à élargir à droite la base électorale de Marine Le Pen en lui offrant une réserve de voix entre les deux tours de la présidentielle pour l’emporter dès 2017, je me heurte à un refus explicite de la direction nationale du FN qui s’obstine à vouloir dépasser, sur tous sujets, le clivage droite/gauche (le fameux ni droite/ni gauche).

De cette stratégie d’enfermement électoral forgée à Nanterre, le SIEL en subit certaines conséquences pratiques : refus de légitimer politiquement son existence au sein du RBM, relégation médiatique systématique, refus d’organiser des relations régulées SIEL/FN dans les départements, rejet des initiatives du SIEL visant à structurer, avec Robert Ménard, la « droite hors les murs » née en mai dernier à Béziers... Avec son refus originel d’avoir à ses côtés un véritable partenaire de droite, la direction nationale du FN confirme sa volonté de n’avoir que des ralliés et non des alliés. [...]

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS