Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 19:16

pope-francis-hearing

Sandro Magister publie ce 14 novembre sur son blogue Chiesa les questions sans réponses que des cardinaux ont posées au pape à propos d’Amoris lætitia : le cardinal Walter Brandmüller, ancien président du Comité pontifical des Sciences historiques, le cardinal Raymond L. Burke, patron de l’Ordre de Malte, le cardinal Carlo Caffarra, archevêque émérite de Bologne, et le cardinal Joachim Meisner, archevêque émérite de Cologne.

Quatre seulement ? On lit entre les lignes de l’article de l’abbé Claude Barthe, sur le blogue de L’Homme nouveau, (« Ces cardinaux qui questionnent le pape : “Que votre oui soit oui ; que votre non soit non” »), qu’ils sont assurément plus nombreux, mais que ceux-là seulement « ont jugé opportun de faire connaître publiquement leur nom », étant précisé par ailleurs que les questions formellement remises au pape « ont été soutenues par d’autres interventions orales ou écrites de cardinaux de Curie ».

Il n’est pas exagéré de dire que cette manifestation de “non-réception” de la part de cardinaux d’un document qui, selon toutes les apparences, remet en question la morale du mariage, est une véritable bombe.

Techniquement, les cinq questions posées par ces membres du Sacré Collège au Souverain Pontife ont la forme classique de dubia, de « doutes », c’est-à-dire qu’elles sont formulées de telle sorte qu’elles attendent une réponse par « oui » ou « non » (« Que votre oui soit oui ; que votre non soit non », Mt 5, 37).
Par exemple : « Après Amoris lætitia n. 301, est-il encore possible d’affirmer qu’une personne qui vit habituellement en contradiction avec un commandement de la loi de Dieu, comme par exemple celui qui interdit l’adultère (cf. Mt 19, 3-9), se trouve dans une situation objective de péché grave habituel ? ». L’adultère a-t-il cessé d’être un péché grave ?

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS