Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 04:08

 -

Selon l'Observatoire national de la précarité énergétique, près de 12 millions de personnes éprouvent des difficultés à payer leur facture de gaz et d'électricité, et le chèque énergie qui se met en place ne les aidera pas toutes.

Près de six millions de ménages sont considérés en situation de précarité énergétique. C’est ce qui ressort de données publiées le 22 novembre par l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE). Les individus concernés consacrent plus de 10% de leurs revenus à leurs dépenses en énergie dans leur logement ou déclarent une sensation de froid liée à un équipement de chauffage défaillant ou une mauvaise isolation.

«Un million de ménages cumuleraient une situation d'inconfort thermique [sensation de froid] et de vulnérabilité économique» par rapport aux dépenses d'énergie, s'inquiète l'ONPE.

Phénomène en augmentation

Il y a deux ans, lors de la précédente étude livrée par cet observatoire, il considérait que la précarité énergétique concernait 5,1 millions de foyers et environ 11,5 millions de personnes.

Bruno Lechevin explique cette évolution par la hausse des prix de l'énergie, la crise économique qui a rendu certains ménages plus vulnérables, mais aussi par une meilleure mesure du phénomène.

Sans surprise, les foyers en situation de précarité économique ou sociale sont ceux qui ont le plus de difficultés à payer leurs factures d'énergie.

Les locataires sont également surreprésentés, tout comme les personnes seules ou les familles monoparentales, ainsi que les foyers vivant dans des logements anciens ou avec un chauffage collectif.

«Une augmentation de 10% du prix de l'énergie peut faire basculer environ 500 000 ménages en situation de précarité», assure Bruno Lechevin.

La loi sur la transition énergétique votée en 2015 a instauré un dispositif de chèque énergie pour aider les ménages aux faibles revenus à payer leurs factures ou à réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Le chèque énergie est actuellement en expérimentation dans quatre départements : Ardèche, Aveyron, Côtes-d'Armor et Pas-de-Calais. Ce sont 173 000 chèques qui ont été envoyés en mai à des foyers identifiés en situation de précarité par le fisc. Cent mille d'entre eux ont pour le moment été renvoyés à un fournisseur d'énergie.

« Un premier bilan positif », considère-t-on au ministère de l'Energie. « Sauf que, quand le chèque énergie sera déployé sur l'ensemble du territoire, il y aura quelques gagnants, mais aussi beaucoup de perdants », alerte un connaisseur du dossier. Jusqu'à aujourd'hui, les personnes qui bénéficiaient du tarif de première nécessité (TPN) pour l'électricité mais qui se chauffaient au gaz, et cumulaient avec le tarif spécial de solidarité (TSS), touchaient en moyenne 220 € par an (selon le médiateur de l'énergie et EDF). Avec le chèque énergie, le montant descendra à 150 €. Soit 70 € de moins !

«Si l'aide au paiement des factures est une action urgente nécessaire, l'action de fonds c'est la rénovation de l'habitat pour que les ménages précaires consomment mieux et moins», explique-t-il.

La loi sur la transition énergétique prévoit un objectif ambitieux de 500 000 logements rénovés par an à partir de 2017. L'Agence nationale de l'habitat (Anah) a indiqué qu'elle pourrait en rénover 70 000 cette année.

Outre le chèque énergie, le dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE) finance également la lutte contre la précarité énergétique, par une contribution des fournisseurs d'énergie.

source

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS