Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 21:14

Afficher l'image d'origine Bombardier a annoncé lundi que la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) a commandé 52 trains électriques, exerçant ainsi une option de 370 millions $ US prévue à un contrat signé en 2006.

Les premiers trains de banlieue qui doivent être livrés en 2018 sont de type Francilien et ont été conçus pour l’Île-de-France, à partir des installations que possède Bombardier à Crespin en France.

Ce n’est pas la première fois que la SNCF exerce une option d’achat. En avril, elle s’était manifestée pour 12 automotrices électriques du modèle Francilien.

Selon le contrat négocié en 2006, Bombardier était prête à fournir un maximum de 372 trains, un volume qui représentait alors un contrat de 5,8 milliards $.  source

------------------------------------------------------------------------------

Un salarié d’Alstom travaille sur la construction d’un train, près de La Rochelle, en Charente-Maritime, le 31 août 2016. Alstom va arrêter la production de trains à Belfort d’ici à 2018...
En raison d’une baisse des commandes touchant particulièrement le site, la production de trains du constructeur français sera transférée à Reichshoffen, dans le Bas-Rhin.

Le constructeur ferroviaire français Alstom va stopper la production de trains à Belfort d’ici à 2018. ...en raison d’une baisse globale des commandes.

« La charge du site de Belfort étant la plus impactée » par cette baisse, « la direction d’Alstom a partagé un projet qui vise à recentrer ses activités exclusivement sur le service », qui regroupe une centaine de personnes. Les branches production et études, elles, disparaîtront.

La direction assure que « tous les salariés recevront, s’ils le souhaitent, une proposition de transfert vers des sites d’Alstom en France d’ici 2018 ». De source syndicale, environ 500 personnes travaillent à Belfort, dont 50 à la maintenance.


source

Partager cet article

Repost 1
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS