Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 15:40

Dans un entretien fleuve, Mathieu Bock-Côté retrace l’année 2016 avec FigaroVox. Pour lui, le Brexit, l’élection de Trump et «le renouveau conservateur de la pensée politique française» ont marqué «une brèche dans le système idéologique dominant». Terrorisme, islam, multiculturalisme, Brexit, médias…Quelques extraits.

Mathieu Bock-Côté est docteur en sociologie, chargé de cours aux HEC à Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal et à Radio-Canada.

 

Le multiculturalisme demeure l’idéologie officielle de la droite financière comme de la gauche mondaine.

 

C’est un fait, la France est aujourd’hui le champ de bataille principale de la conquête de l’Europe par l’islamisme et il semble bien qu’elle le demeurera.

 

Le Brexit et l’élection de Donald Trump, sans aucun doute. Les deux événements ont bouleversé les élites médiatiques et politiques, qui cherchent encore à comprendre ce qui s’est passé. [...]

À la liste des grands événements politiques de 2016, on me permettra d’ajouter la multiplication et la banalisation des attentats islamistes – on pourrait parler aussi plus largement de l’agression contre la civilisation européenne.

 L’année 2016 a commencé à Cologne et s’est terminée à Berlin. 
Les agressions sexuelles massives de Cologne nous ont rappelé qu’il existe une telle chose qu’un choc des cultures et l’asservissement des femmes représente une forme archaïque de prise de possession d’un territoire par une bande qui se sent animée par un esprit conquérant. Il y a eu autour de ces agressions un effrayant déni: on a tout fait pour en nier la signification politique.

Certaines féministes, souvent occupées à traquer l’intention la plus malveillante qui soit dans un compliment masculin un peu insistant ou maladroit, ont décidé de détourner le regard. De peur de stigmatiser les réfugiés ou les musulmans, elles ont fait semblant de ne rien voir. Elles se sont déshonorées. [...]

Qu’est-ce qu’un mois sans attentat ? Une anomalie. Au fond d’eux-mêmes, bien des Occidentaux ont accepté la normalité des attentats les plus sordides. 
Nous avons intériorisé la présence dans nos vies de la violence islamiste, même si nous ne savons toujours pas quelles conséquences en tirer. Nous ne savons pas non plus ce que voudrait dire gagner cette guerre contre l’islam radical.

[...] Le multiculturalisme, quoi qu’on en pense, demeure une philosophie politique à la fois dominante dans les médias, dans l’université dans l’école et dans plusieurs institutions publiques déterminantes: autrement dit, le multiculturalisme contrôle encore le récit public, même si sa puissance d’intimidation auprès du commun des mortels est bien moins grande qu’il y a vingt ans.

J’ajoute que les multiculturalistes, devant la contestation de leur modèle de société, ont tendance, comme on dit, à se «radicaliser». Ils diabolisent comme jamais leurs adversaires. Il faut s’y faire: je ne sais pas si le multiculturalisme est en train de tomber, mais je sais qu’à peu près aucun régime ne tombe en se laissant faire et sans se défendre. [...]

Devant l’agression islamiste, ils sont nombreux à refuser de nommer les choses telles qu’elles sont. Le système médiatique déréalise les attentats, il les vide souvent de leur signification politique: à chaque fois ou presque, il cherche à imposer la thématique du loup solitaire, de l’assassin déréglé, ou maintenant, de camion fou.

Certains médias envisagent même ouvertement de ne plus donner le nom des terroristes, ou de ne plus dévoiler leur origine, de peur d’encourager les amalgames et la stigmatisation. On parle de radicalisation sans viser l’islamisme en particulier.

À ce que j’en sais, au moment de commettre un attentat, les terroristes disent bien Allahu Akbar et non pas «Sainte-Marie, mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs»! On dénonce toutes les religions comme si elles se confondaient dans une même pathologie globale. [...]

Le Figaro

via http://www.fdesouche.com/805373-mathieu-bock-cote-lannee-2016-commence-cologne-et-sest-terminee-berlin

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS