Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 14:24

Avant l’investiture du 45e président des Etats-Unis, le pasteur Robert Jeffress donnera une messe privée pour les familles Trump et Pence à l’église St John de Dallas.

Robert Jeffress a choisi le sermon «Quand Dieu choisit un leader».

Voici son explication :

«Je ne vais pas faire la leçon au nouveau président, je veux l’encourager et je vais le comparer à un autre grand dirigeant que Dieu a choisi il y a 2 500 ans pour restaurer la nation d’Israël, et ce qui est intéressant, c’est que Dieu n’a pas choisi un politicien ni un prêtre, il a choisi un constructeur comme Trump : Néhémie.

Et ce qui est encore plus intéressant, c’est que Dieu a demandé à Néhémie de construire un mur géant tout autour de Jérusalem pour protéger ses habitants !

Je vais utiliser l’histoire de Néhémie pour expliquer pourquoi Dieu bénit des dirigeants et je veux que ce soit un formidable encouragement pour cet extraordinaire nouveau président et vice-président.

Quand Dieu s’est adressé à Néhémie, les infrastructures étaient en très mauvais état, et Dieu, après l’avoir choisi, lui a dit que la première étape pour reconstruire la Nation, c’est de protéger la nation avec une frontière pour maintenir les ennemis à l’extérieur.»

Néhémie construisit donc un mur autour de Jérusalem, après que de nombreux prédécesseurs avant lui ont échoué. Puis il commença à faire des réformes politiques.

Le parallèle avec Donald est en effet frappant mais il ne s’arrête pas là…

Ses ennemis (Néhémie fait partie du peuple de Judée comme le nom de la terre autour de Jérusalem), se lancent alors dans de nombreuses tentatives d’intimidation et de critiques pour l’empêcher de construire le mur, un peu comme les médias aujourd’hui, mais Néhémie les ignore et tient sa promesse– comme Trump– et termina le mur en 52 jours, soit en avance sur la date de livraison prévue– comme Donald Trump aime à rappeler avec fierté qu’il livre ses chantiers en avance sur la date (voir l’exemple symbolique de la patinoire de New York dont Jean Patrick Grimberg a parlé)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS