Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 18:29

Hebergeur d'image

«Mais où est ta miséricorde ?» proclament les pancartes placardées sur les rues de la ville, émanant de conservateurs hostiles aux réformes du pontife. Ce dernier a réagi « avec distance et sérénité » selon son entourage.

Décidément, le pape François dérange. Et l'opposition qu'il suscite au sein même du Vatican et de l'Eglise catholique s'affiche désormais publiquement. Samedi 4 février, les Romains ont pu découvrir, sur les murs de leur ville, des dizaines d'affiches résolument hostiles au pape, montrant un François grincheux avec cette légende, écrite en dialecte romain: «Tu as placé sous tutelle des congrégations, évincé des prêtres, décapité l'Ordre de Malte et les Franciscains de l'immaculée, ignoré les cardinaux… Mais où est ta miséricorde?».

Les affiches ont été aussitôt couvertes par la municipalité. Le Vatican a fait savoir que le pape François avait réagi «avec sérénité et distance» aux libelles. Cette «pasquinade» (du nom de la pratique antique qui consistait à attacher des libelles sur la statue de Pasquin à Rome) est toutefois prise très au sérieux par les autorités qui ont diligenté une enquête.

Le vaticaniste Marco Politi, qui a publié un livre de soutien au pape François, décrit une «attaque précise, violente et bien planifiée». On reconnaît, dans ces lignes anonymes, le reproche régulièrement formulé par la frange conservatrice de l'Église mais également au sein même du Vatican, d'une gestion trop autoritaire de l'Eglise par le pape, confrontée à l'idée de «miséricorde» qu'il a placée au cœur de son pontificat.

(...)

Ultime épisode de la bataille entre le Saint-Siège et l'Ordre de Malte

La liste des griefs incriminés indique clairement que l'attaque viendrait de la fronde conservatrice qui ne supporte pas les prises de positions réformatrices du pape.
 Les regards se tournent vers le cardinal américain Burke, mis à l'écart par le pape, réputé conservateur, qui a eu encore récemment maille à partir avec le souverain pontife. Mais le fait que le libelle soit écrit dans le dialecte romain - vulgaire et très populaire qui n'est pas du tout le langage cardinalice - rappelle aussi que le pape François s'est mis à dos une large partie de la curie romaine, composée en majorité de prélats italiens, et le petit personnel du Vatican.

Les affiches ont été placardées le jour même où le pape François nommait un délégué spécial pour la rénovation de l'Ordre de Malte, au terme d'une longue bataille de deux mois entre le Vatican et la congrégation.

 Le grand maître de cette institution quasi millénaire a dû démissionner à la demande ferme du pape le 25 janvier dernier à la suite d'un différend avec le Saint-Siège.

En cause? Le numéro 2 de l'Ordre l'Allemand Albrecht von Boeselager avait été contraint à la démission en décembre dernier par le grand maître de l'ordre de Malte, pour avoir couvert la distribution de préservatifs et de moyens de contraception en Birmanie, au Sud Soudan et au Nigéria où œuvre notamment l'association. Mais le pape, mécontent de cette éviction, avait décidé l'ouverture d'une contre-enquête, refusée par l'Ordre, puis il avait contraint, suite à ce refus, son grand maitre à la démission. Cet acte d'autorité a été perçu par certains comme une attaque directe contre le cardinal Burke que le pape François avait pourtant nommé à l'ordre de Malte pour assurer la liaison avec le Saint-Siège.

» Lire aussi - Crise historique à l'ordre de Malte

Quant à la référence aux Franciscains de l'Immaculée, il s'agit d'une congrégation célébrant en forme extraordinaire du rite romain, en pleine expansion dans le monde, qui a été placé sous la tutelle d'un commissaire nommé par le pape François en 2013.

Enfin, la mention des «cardinaux ignorés» fait allusion, elle, à quatre cardinaux, qui se sont notamment élevés contre les propositions du pape sur la famille lors du synode à propos des divorcés remariés. Comme le prévoit le droit canonique, ils ont émis quatre «doutes» (dubbia) précis en demandant au pape de lever les ambiguïtés théologiques sur ces quatre points mais ce dernier a refusé de leur répondre.
Quant aux prêtres évincés, il s'agit notamment de trois prêtres employés dans un dicastère très important du Vatican qui ont été renvoyé du jour au lendemain pour avoir critiqué le pape lors d'une conversation privée entendu par un prélat proche du pape.

A SUIVRE...

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS