Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

7 février 2017 2 07 /02 /février /2017 03:29

mini ségo bof

Il y a un an, on découvrait avec autant d’étonnement que de consternation que les comptes de la région Poitou-Charentes n’étaient pas exactement taillés au cordeau et que le « volontarisme » de l’égérie locale, une certaine Ségolène R., avait eu quelques effets de bords douteux aux alentours de 132 millions d’euros.
Depuis, une année s’est écoulée et les audits se sont empilés qui ont largement confirmé les dérives, et ce malgré les petits couinements stridents de l’ex-présidente d’alors.
On pourra y ajouter la déroute d’Heuliez et la récente 
mise aux enchères des MIAs électriques, ce qui place sous les meilleures auspices les tractations en coulisse de l’actuelle ministre de l’Ecologie pour entrer au PNUD, ce qui permettra à la tempête française de prendre de redoutables dimensions internationales…


(...)

Alain Rousset est socialiste, ce qui aurait dû assurer une transition calme. Malheureusement, la situation laissée par Ségolène Royal et Jean-François Macaire, son successeur lorsqu’elle a rejoint son ministère, était à ce point peu brillante que Rousset s’est fendu de quelques remarques dans un récent entretien à La Nouvelle République.

Panique à bord : le nouveau président n’y va pas avec le dos de la cuillère diplomatique puisqu’après examen des finances de la région, il y aurait comme un bête trou de … 132 millions d’euros.

Fichtre, diable et sapristi, voilà qui fait désordre et qui ramène les péripéties Heuliez et Mia au rang d’enfantillages badins. Et le pompon est que ces douzaines de millions en souffrance sont liés à des factures en attente de règlement : 62 millions en investissement et 70 millions en fonctionnement, soit 132 millions reportés d’une année à l’autre, selon les mots de Rousset.

Pire encore : interrogé sur ce dérapage budgétaire, le nouveau président est obligé d’admettre que « cette situation est bien spécifique » au Poitou-Charentes, une région « qui manifestait beaucoup de volontarisme et avait sans doute les yeux plus gros que le ventre par rapport aux capacités de financement ».

Rassurez-vous cependant : grâce à d’habiles jeux d’écriture et à la volonté farouche de l’exécutif actuel de tout bien payer comme il faut, « il n’y a pas de problème de trésorerie. Le rattrapage est en train de se faire à marche forcée. »

 

Pourtant, ce n’est pas comme si des maires et des départements ne s’étaient pas lourdement plaints des dérives que ces méchants emprunts leur avaient fait commettre, à leur insu et corps défendant bien sûr. Comment une région aurait-elle pu leur emboîter le pas et trotter sur les mêmes pentes visqueuses pour dégringoler aussi bas ? Surtout lorsqu’on est dirigé par une si illustre ministre ?

D’ailleurs, cette dernière n’entend pas laisser l’infamie l’approcher ! Pour Ségolène Royal, aucun doute, il s’agit d’un règlement de compte ! Pour elle, toutes ces révélations sont lamentables.

« C’EST PORTER ATTEINTE À LA RÉPUTATION DE POITOU-CHARENTES ET DE SES ENTREPRISES ! »

Pourtant, Rousset n’a nullement mis en cause ces entreprises, seulement la représentation de l’État sur place, à savoir la Région Poitou-Charentes. En réalité, il me semble qu’Alain n’attaque en rien la réputation du Poitou ou de la Charente, ni de ses entreprises, mais fait simplement savoir que la gestion de Royal et celle de Macaire est un peu « toute pourrite », laisse des trous et de vives questions en suspens, ainsi qu’une pelletée d’emprunts toxiques.

Mais on pourrait aussi déceler un entêtant parfum de faillite.

Pour commencer, la faillite économique d’une région gérée n’importe comment et dont les événements médiatiques les plus saillants (Heuliez n’étant qu’un exemple parmi d’autres) cachaient mal les dérives budgétaires répétées, et faites avec exactement la même désinvolture que celle qu’on retrouve au niveau national, par un ex-mari qui n’avait pas pu se retenir de balancer « Ça ne coûte rien, c’est l’État qui paye » au milieu d’une tirade où il tentait de faire comprendre qu’une dépense au niveau local serait de toute façon épongée par le niveau supérieur, sans admettre (même implicitement) que ce sont précisément de telles manœuvres qui, répétées, ont poussé la France dans le gouffre financier actuel.

 

Ensuite, la faillite morale, évidente, d’une élite auto-proclamée incapable de prendre la responsabilité de ses erreurs. Je rappelle, comme je l’avais écrit précédemment, qu’aucune circonstance atténuante ne peut être trouvée pour les responsables politiques qui ont contracté des emprunts toxiques : non seulement, ils ont parfaitement compris ce qu’ils faisaient à l’époque, mais ils avaient toute latitude pour se faire assister afin d’éviter l’enfumage bancaire, de même qu’ils avaient toute latitude pour casser le contrat par la suite, ou prendre leurs responsabilités le cas échéant. À chaque fois, ils se sont défilés, montrant de façon claire ce qu’ils valaient, c’est-à-dire rien (ou alors, si, mais dans des activités qui conduiraient n’importe quel chef d’entreprise en prison).

 

Enfin, la faillite intellectuelle, la plus grave et de loin, de ces dirigeants politiques qui ne sont pas plus capables d’admettre ni (pire) de comprendre leurs errements passés. Ils se sont habitués par facilité ou, dans certains cas, par une forme subtile de sociopathie à n’envisager le monde qu’en termes aussi flous que possible surtout lorsqu’il s’agit de l’argent public (qui, n’étant qu’aux autres, n’appartient donc à personne et peut être dépensé sans vraiment faire attention), et d’autant plus que cette approximation sert leurs intérêts, eux bien compris, bien cernés et bien définis. Ne comprenant pas (ou ne voulant pas comprendre) pourquoi ils ont failli, ils sont acculés à répéter inlassablement les mêmes gestes, les mêmes raisonnements, et obtiennent les mêmes résultats catastrophiques.

 

La région Poitou-Charentes est ici un exemple presque caricatural de ces trois faillites. Presque, parce qu’elle est une bonne illustration de ce qui se déroule au niveau national.

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS