Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 02:30

36ebce91-8aa7-45b0-bad2-34f3d57dbcef-large16x9_poster_fb85ac4e81764dc9b0ab4993b43685ee

Le Président Donald Trump participait ce matin à Washington D.C. au National Prayer Breakfast, un événement qui se déroule tous les ans, le premier mardi de février, depuis 1953, et auquel assistent tous les présidents des États-Unis.

Ce petit-déjeuner qui réunit des milliers de participants de toute confession et de toute orientation politique, constitue un temps de prière pour les États-Unis et pour ceux qui les dirigent : il est organisé par le Congrès. Pour sa première participation à un National Prayer Breakfast, le Président Trump a fait deux annonces majeures.

Voici la première : « Je vais me débarrasser et détruire complètement l’Amendement Johnson, et permettre à tous les représentants de religions de s’exprimer librement et sans crainte de sanction. Je vais le faire. Notez-le bien ».

L’Amendement Johnson, qui tire son nom de Lyndon B. Johnson, alors sénateur du Texas, et qui le proposa et le fit voter, est une modification du code des impôts interdisant aux organisations religieuses auxquelles sont accordées des exemptions fiscales, de soutenir ou de s’opposer à des candidats briguant des mandats politiques électifs.
Autrement dit, si un pasteur ou un curé s’opposent à un candidat qui professe des idées contraires à la loi naturelle ou à la loi divine, sa congrégation ou sa paroisse peuvent perdre leurs exemptions fiscales.

 

Ensuite, et c’est le premier Président des États-Unis, à le faire, il a évoqué le « génocide contre les chrétiens » du Moyen-Orient : « Nous avons constaté une campagne de l’EIIL [État Islamique en Irak et au Levant] et un génocide contre les chrétiens ».

Si le génocide contre les chrétiens avait fini par être admis par John Kerry, alors secrétaire d’État, le 17 mars 2016, jamais, en huit ans, le Président Obama ne prononça ce mot…

Source : Relevant Magazine, 2 février

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS