Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 20:11

 

 

 

 

 

 

(quartier de Small Heath à Birmingham)

 

Gilles Kepel, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris, réagit à l’attentat de Londres. Pour lui, les attentats qui frappent le sol européen pourraient être annonciateurs d’une fracture sociale à grande échelle. Il reproche cependant au Front national d’exacerber la question identitaire.

Un attentat terroriste revendiqué par l’État islamique a fait trois morts à Londres ce mercredi. Après la France et l’Allemagne, c’est donc l’Angleterre qui est visé par Daech. Que cela dit-il de l’évolution du terrorisme islamiste en Europe?

Les Britanniques se sont un peu endormis sur leurs lauriers depuis les attentats de Londres de juillet 2005. À l’époque, les terroristes étaient passés par les camps de formation du Pakistan, mais étaient nés et avaient grandi en Angleterre.

Cela marquait une rupture par rapport aux attentats du 11 septembre ou de Madrid commis par des étrangers ou des immigrés de passage. C’était le début de la transition entre la phase pyramidale du djihad et la phase indigène européenne. […]

Le fameux quartier de Small Heath, où près de 95% de la population est musulmane, se voulait le contraire absolu du modèle français laïque et universalisteEn confiant à des salafistes la gestion de l’ordre public et de la communauté, les autorités britanniques espéraient ne pas avoir à affronter un djihadisme qui en France serait, selon eux, exacerbé par une gestion laïque de la société. 

L’attentat de Wesminster sonne le glas de cette illusion comme les attentats de 2005 avaient sonné le glas de ce qui était à l’époque le Londonistan, c’est-à-dire la politique de refuge systématique à Londres de tous les dirigeants de la mouvance islamiste internationale arabe. La différence, c’est qu’à Birmingham, il y a peu d’arabes, mais essentiellement des Indo-Pakistanais. Khalid Masood lui était un jamaïcain converti à l’islam.

 L’âge de ce dernier, 52 ans, est frappant. Cela indique que son acte n’est pas le rite de passage par la violence d’un jeune non intégré, mais le geste de quelqu’un qui a été socialisé très longtemps par une contre-société. Khalid Masood s’est probablement construit contre la société britannique et a choisi de passer à l’acte. […]

Le fait que Londres soit dirigé par un maire musulman a-t-il joué un rôle dans cet dérive communautariste ?

Les autorités britanniques ont considéré que le fait d’avoir un maire musulman, qui de surcroît a été proche par le passé d’organisations islamistes dans la mouvance des Frères musulmans, permettrait de mieux contrôler les réseaux et d’éviter la violence. 

Cependant Sadiq Khan apparaît comme un traître pour les plus radicaux. De manière générale, c’est une illusion que de penser que les accommodements raisonnables peuvent apaiser une société. Au contraire, ils favorisent la fracture. Le cas de la Hollande est paradigmatique puisqu’aux Pays-Bas l’exacerbation multiculturaliste s’est traduite en une xénophobie tout aussi virulente. […]

 

Si rien n’est fait, la société française sera de plus en plus sujette à des rétractions identitaires que ce soit autour du salafisme ou autour de l’idéologie de l’extrême droite.

[…] Le Royaume apparaît plus désuni que jamais comme le montrent les velléités d’indépendance de l’Écosse ou de l’Irlande du Nord, mais aussi la sécession culturelle de certains quartiers ou le sentiment d’abandon de l’Angleterre périphérique. Cet enjeu se pose aussi en France: l’effondrement social et l’échec de l’école font que le processus est en cours. Malheureusement le sujet est tabou aujourd’hui et largement esquivé du débat de la présidentielle.

 D’un côté le FN dénonce le communautarisme sans voir qu’il exacerbe lui-même la question identitaire. De l’autre côté, la plupart des candidats cachent la tête dans le sable sans que le problème soit analysé comme il le devrait et sans qu’aucune mesure ne soit prise pour enrayer le phénomène.

 Personne ne veut avouer que la situation dans un certain nombre de quartiers n’est plus maîtrisée. Pourtant, celui qui sera élu devra nécessairement se confronter à cet enjeu. Il faudra poser le problème de l’éducation, de l’apprentissage et de l’emploi.

Ce sont des causes structurantes de la désaffectionaussi bien d’un grand nombre d’enfants d’immigrés que d’enfants de paysans ou d’ouvriers dits de souche envers ce qu’ils appellent «le système».

La superficialité du débat présidentiel s’explique par l’explosion du clivage droite/gauche et l’émergence d’un clivage système/antisystème. C’est une recomposition très profonde dans notre paysage politique derrière laquelle se profile la fracture.

Le Figaro

via http://www.fdesouche.com/836197-gilles-kepel-lattentat-de-wesminster-sonne-le-glas-du-reve-communautariste-britannique

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS