Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 15:20

La motion M-103* qui vise à condamner l’islamophobie a été adoptée à 201 voix contre 91 à la Chambre des communes à Ottawa, jeudi après-midi.

La motion M-103, présentée par la députée Iqra Khalid de Mississauga-Erin Mills, en Ontario, a été adoptée par plus des deux tiers des élus présents lors du vote.

La résolution demande à la Chambre des communes de condamner l’islamophobie et «toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques». Elle demande aussi qu’un comité entreprenne une étude sur la façon dont le gouvernement pourrait éliminer ce problème et recueillir des données sur les crimes haineux.

La proposition a été appuyée par 201 députés et 91 ont voté contre.

Elle a été rejetée par presque tous les députés conservateurs qui pensent qu’elle peut potentiellement brimer la liberté d’expression de ceux qui souhaitent critiquer l’Islam.

«Lorsqu’il est question d’islamophobie, c’est très difficile à définir exactement et ça peut porter atteinte à un certain degré à la liberté de parole», a dit Gérard Deltell (député du Bloc Québécois).

Tous les députés libéraux (dont on nous disait que certains avaient des doutes), les néo-démocrates ainsi que la cheffe du parti Vert Elizabeth May, se sont levés pour appuyer la motion de la libérale Iqra Khalid. Le Premier ministre Trudeau était absent de la Chambre des Communes lors du vote.

La plupart des députés du Parti conservateur du Canada ont voté contre la motion. Plusieurs d’entre eux ont fait écho aux préoccupations de manifestants, faisant valoir qu’elle n’était pas assez inclusive envers d’autres groupes religieux et qu’elle ne protégeait pas la liberté d’expression.

Les libéraux qui ont pris la parole ont rétorqué qu’il s’agit d’un geste symbolique de solidarité dont le but est de sensibiliser les citoyens contre la discrimination. La députée Iqra Khalid a défendu sa motion en prenant position contre la charia.

Mme Khalid a été fortement applaudie par ses collègues libéraux lorsqu’elle s’est levée pour appuyer la motion.

Faisant fi des opposants et des commentaires racistes sur les réseaux sociaux, Mme Khalid a vigoureusement défendu sa motion tout au long du processus parlementaire.

Prétendre que la motion permettrait l’imposition de la charia au Canada est «outrancier», a-t-elle affirmé.

«M-103 ne donne pas de privilège à une religion ou à une communauté aux dépens des autres,» a-t-elle déclaré à la Chambre des communes. «M-103 ne restreint pas la liberté d’expression. La motion n’est pas juridiquement contraignante.»

Conclusion

Même si les Libéraux disent qu’il ne s’agit que d’un geste symbolique, ils ont tort de croire que les Canadiens vont accepter ce symbole.

...

Etrange : les députés à la Chambre de Communes ont adopté la Motion 103, la population qu’ils représentent a dit qu’elle n’en veut pas. Donc ils ne représentent pas la population. Alors qui représentent-ils ?

Curieusement, 45% des répondants estiment que les préjugés anti-musulmans et la discrimination sont un réel problème tandis que 55% croient que ce sujet est exagéré par la classe politique et par les médias.

Après tout, les députés libéraux ont maintes fois fait valoir qu’il est réellement question de toutes les formes de racisme et de discrimination, qu’il ne s’agit pas exclusivement d’islamophobie.

 

Les Canadiens n’oublieront pas de sitôt que les Libéraux ont fait fi de l’opinion publique sur cette question sensible

Par contre, ils pourraient aussi sur-représenter l’angle de l’islamophobie. La motion de Khalid a été en partie inspirée par une pétition en ligne affichée sur le site Web du gouvernement qui portait exclusivement sur l’islamophobie.
Cette pétition E-411, qui a recueilli 70 000 signatures, disait que les terroristes islamistes «ne reflètent en aucune façon les valeurs ou les enseignements de la religion de l’islam» et qu’ils «déforment cette religion».

Si c’est cela que l’enquête choisit d’explorer, les membres du Comité auront du pain sur la planche.

  • Premièrement, ils devront définir cette expression nébuleuse «islamophobie», qui est utilisée pour faire taire les critiques de l’Islam dans un certain nombre de pays dans le monde.
  • Ensuite, ils devront également étudier ad nauseam la relation entre l’islam et ses sectes les plus radicales ainsi que leur lien avec le terrorisme.

... Les Canadiens n’oublieront pas de sitôt que les Libéraux ont fait fi de l’opinion publique sur cette question sensible.

Il y aura un prix à payer pour cela. Chaque attentat commis à Londres, Bruxelles ou Paris nous le rappellera.

 

* Voici le libellé de la motion adoptée :

Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait :

  • a) reconnaître qu’il faut endiguer le climat de haine et de peur qui s’installe dans la population ;
  • b) condamner l’islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques et prendre acte de la pétition e-411 à la Chambre des communes, ainsi que des problèmes qu’elle a soulevés ;
  • c) demander que le Comité permanent du patrimoine canadien entreprenne une étude sur la façon dont le gouvernement pourrait,
    • (i) établir une approche pangouvernementale pour la réduction ou l’élimination du racisme et de la discrimination religieuse systémiques, dont l’islamophobie, au Canada, tout en assurant l’adoption de politiques fondées sur les faits, qui soient  d’application globale et axées sur la communauté ;
    • (ii) recueillir des données pour contextualiser les rapports sur les crimes haineux et pour évaluer les besoins des communautés touchées ; le Comité devrait présenter ses conclusions et ses recommandations à la Chambre dans les 240 jours civils suivant l’adoption de la présente motion, pourvu que, dans son rapport, le Comité devrait formuler des recommandations que pourra appliquer le gouvernement afin de mettre davantage en valeur les droits et libertés garantis dans les lois constitutionnelles, y compris la Charte canadienne des droits et libertés.

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS