Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 01:59

Jean-Luc Mélenchon. Photo ©Sipa

Economie. Encadrement des loyers, logements sociaux, incitations fiscales à l’investissement, allocations au logement… les candidats à l’élection présidentielle fourmillent d’idées pour favoriser l’accès à l’immobilier.

Quand on parle du logement aux candidats à la présidentielle, il est beaucoup question de la loi Alur. Concoctée par la ministre Cécile Duflot en 2014, cette loi, qui a notamment introduit l’encadrement des loyers, a cassé la dynamique du marché immobilier. D’abord parce qu’elle a découragé les propriétaires d’investir. Ensuite parce qu’elle a donné un coup de frein au marché de la construction.

Il a fallu attendre la nomination de Sylvia Pinel au ministère du Logement et la création du dispositif fiscal d’investissement locatif qui porte son nom pour redonner en partie confiance aux bailleurs et aux promoteurs. Certains candidats veulent à présent aller plus loin, et d’autres… revenir en arrière, quitte, comme Benoît Hamon, à durcir l’encadrement des loyers.

François Fillon : favorable aux propriétaires bailleurs

Il veut en finir avec la loi Alur et l’encadrement des loyers, et souhaite poursuivre le dispositif d’incitation à l’investissement Pinel. Il souhaite que la fiscalité sur le logement soit établie pour cinq ans sans modification possible afin d’assurer une stabilité des règles du jeu. Il désire alléger les droits de mutation, communément appelés frais de notaires.

Il propose une exonération des plus-values à la revente après vingt-deux ans de détention. Il octroierait des avantages fiscaux aux propriétaires pratiquant de faibles loyers sur de longues périodes et exonérerait de taxe foncière en cas de loyer social. Il veut mettre fin aux financements publics de logements sociaux dans les communes où il y en a trop.

Marine Le Pen : des aides au logement

Elle souhaite diminuer le montant de la taxe d’habitation pour les plus modestes et réduire de 10 % les droits de mutation. Elle veut donner la priorité aux Français en matière de logement social et souhaite pérenniser le dispositif des APL (aides personnalisées au logement) en revalorisant de 25 % l’allocation pour les jeunes jusqu’à 27 ans.

Benoît Hamon : renforcer la loi Alur

Le candidat socialiste veut durcir l’encadrement des loyers et l’étendre à toutes les zones urbaines. Il considère que les mesures d’incitation fiscale à l’investissement locatif sont « budgétivores » et veut remettre à plat le dispositif Pinel. Il propose la construction de 150 000 logements sociaux et l’abaissement du plafond des revenus y donnant droit. Il souhaite aussi renforcer les sanctions à l’encontre des maires qui ne respectent pas les quotas de logements sociaux.

Emmanuel Macron : entre deux…

Il a indiqué que la loi Alur sur l’encadrement des loyers devait évoluer pour être « débranchée progressivement ». Il juge que la taxe d’habitation est un impôt injuste et souhaite d’ici à 2020 que 80 % de la population en soit exonérée. Ce qui n’est pas du goût des maires, qui ont besoin de la manne de cet impôt local. Il désire mettre en place un nouveau « bail de mobilité » d’une durée limitée à un an. Il veut aussi « transformer l’ISF en impôt sur la rente immobilière ». Pour financer le manque à gagner, il pourrait mettre en place la taxe sur les loyers fictifs pour les propriétaires, une mesure plébiscitée par Jean Pisani- Ferry, qui a rejoint son équipe de campagne.

Jean-Luc Mélenchon : haro sur les propriétaires

Le candidat du Front de gauche veut renforcer la loi Alur et abaisser de 20 % les plafonds de loyers dans les zones tendues. Il veut construire 200 000 logements sociaux par an. Il souhaite supprimer toutes les incitations fiscales à l’investissement et veut alourdir la taxe sur les logements vacants. Pour mieux punir les propriétaires.

 

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS