Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 10:42

Trahison. Manuel Valls a annoncé ce mercredi matin qu'il voterait pour Emmanuel Macron à l'élection présidentielle.

Il a fait son choix. Ce sera Emmanuel Macron. L'ancien Premier ministre Manuel Valls a déclaré sur BFM TV qu'il voterait pour le candidat d'En Marche. Un véritable camouflet pour Benoît Hamon, pourtant membre de la même famille politique que l'ex-pensionnaire de Matignon.

“C'est une question de raison” s'est justifié Manuel Valls. Une décision qui n'est pas si surprenante, le divorce avec Benoît Hamon avait déjà été acté : il avait en effet annoncé qu'il ne parrainerait pas le candidat du Parti socialiste et avait signé dans le JDD une dure tribune où il critiquait vivement le programme du candidat PS, l'accusant de “trahir le passé de (sa) famille politique” et de “livrer la France à ceux qui préparent le pire des avenirs”.

Macron, le vote utile

“Rien n'est joué pour le premier tour ni pour le second, dans un climat nauséabond. Je crains une abstention forte, je m'étonne aussi qu'on ne souligne pas plus le risque du Front national (...) Je ne veux prendre aucun risque pour la République”, a expliqué Manuel Valls ce matin, mettant en avant “le danger du populisme, de l'extrême droite, du Front national”. Il assure néanmoins que ce soutien “n'est pas un ralliement”. “Je veux donner plus de forces au candidat réformiste, progressiste”, a simplement poursuivi le député de l'Essonne.

Rejetant les critiques relatives à une éventuelle trahison, Manuel Valls a rappelé que les soutiens de Benoît Hamon avaient voulu pendant cinq ans de voter des motions de censure contre son gouvernement. Il a cité Jean-Yves Le Drian ou Bertrand Delanoë pour appuyer l'idée que d'autres figures du PS apportent leur soutien au candidat d'En Marche, largement devant Benoît Hamon dans les sondages d'opinion. 

Du côté des réactions, Benoît Hamon avait évoqué dès lundi des “coups de couteau” dans son dos à l'annonce du prochain soutien de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Invité au même moment de la matinale d'Europe 1, Emmanuel Macron a, lui, “remercié” Manuel Valls de cette décision, tout en laissant entendre qu'il ne gouvernerait pas forcément avec lui.

 

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS