Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 11:53

Présidentielle. Depuis sa victoire à la primaire de la gauche, Benoît Hamon voit une grande partie du camp socialiste se rallier à Emmanuel Macron, ce qu'il a dénoncé dimanche 26 mars sur le plateau de France 2.

Le constat est amer et les mots sont durs. Alors que les ralliements socialistes à Emmanuel Macron se multiplient depuis plusieurs semaines, le candidat intronisé fin janvier par sa famille politique a dénoncé dimanche 26 mars un coup de “couteau dans le dos”.

Des “vieux caciques” qui font obstacle

“J'étais à peu près convaincu que celles et ceux qui ont gouverné depuis très longtemps, de droite comme de gauche, tous ces vieux caciques qui se réunissent autour d'un seul et unique candidat, celui qui leur permettrait de gouverner encore 5 ans de plus, que ceux-là feraient obstacle à ma candidature parce qu'elle porte, justement, un projet qui tourne la page”, a estimé l'élu francilien sur le plateau du 20 Heures de France 2.

Et le député d'ajouter : “Incontestablement, depuis quelques semaines, s'organisent des ralliements à Emmanuel Macron qui consistent à me planter un couteau dans le dos”.

“Une mise à mort” annoncée

Dans un second temps, Benoît Hamon s'en est aussi pris à l'un de ses anciens concurrents dans la primaire de la Belle Alliance Populaire organisée fin janvier : Manuel Valls. Ce dernier, qui s'était engagé à soutenir le gagnant du scrutin, serait en passe de soutenir l'ancien ministre de l'Économie. 

“On m'annoncerait même, la semaine prochaine, une mise à mort avec le ralliement de Manuel Valls à la candidature de Macron. C'est oublier que ce ne sont pas eux qui m'ont donné vie, c'est d'abord un vote populaire, celui de deux millions d'électeurs aux primaires qui ont décidé de faire confiance dans le projet politique qui est le mien”, a ainsi estimé le candidat socialiste à la présidentielle.

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS