Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/10/2015

 

 

 

28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 13:22

Indéfendable. Une puéricultrice de la crèche La Farandole de Belleville, dans le Rhône, a été condamnée pour avoir maltraité les enfants. Cependant, la direction de l'établissement ne peut pas mettre fin à son contrat, indique LCI.

Le 10 mars 2016, une auxiliaire de la petite enfance de la crèche La Farandole à Belleville, dans le Rhône, avait été condamnée à trois mois de prison avec sursis pour de la maltraitance sur des enfants dont elle avait la charge.

Dénoncée par quatre de ses collègues, elle insultait, jetait des objets et privait de repas les petits. Certains ont même subi des plaquages au sol et devaient rester tous seuls dans le noir. L’employée doit aussi verser entre 1 500 et 3 000 euros aux familles qui se sont constituées parties civiles.

Syndicaliste, elle est ne peut être licenciée

Logiquement, elle aurait dû être licenciée mais ce n'est pas le cas, rapporte LCI. La directrice de l'établissement ne peut pas le faire car la puéricultrice a obtenu le statut de défenseur syndical trois jours avant sa condamnation, à la demande de la CGT. 

“Elle devait être licenciée cette semaine mais j'ai reçu un courrier m'informant de sa nomination en tant que défenseur syndical, la protégeant du licenciement pour encore six mois”, déplore à LCI Sylvaine Tisseyre, la directrice de la crèche.

Eliane Bonnet, la présidente du centre social qui gère la crèche de Belleville a également dénoncé cette situation : “Ce n’est pas parce qu’on est un défenseur syndical que l’on doit défendre des choses indéfendables.

Je pense qu’il y a un acharnement syndical pour défendre cette personne”. De son côté, la CGT dément toute volonté de protéger la salariée. Face aux inquiétudes des parents, la directrice de la garderie veut tout faire pour mettre fin au contrat de sa salariée. Selon LCI, elle va essayer de la licencier pour faute grave.

 

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS