Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 19:58

 Un meeting pro-Erdogan organisé en France soulève la colère des Républicains et du FN Après avoir été interdit dans plusieurs pays européens, un meeting du chef de la diplomatie turque a été organisé à Metz. Un événement décrié par François Fillon, ainsi que par des personnalités de droite et du FN.

François Fillon a accusé le président de la République, François Hollande, de rompre «de manière flagrante la solidarité européenne», en autorisant l'organisation à Metz d'un meeting électoral en présence du chef de la diplomatie turque, a rapporté l'AFP. «Il est évident qu'une position commune aurait dû prévaloir pour gérer les demandes turques. Le gouvernement français aurait dû empêcher la tenue de ce meeting», a déclaré dans un communiqué le candidat de la droite à l'élection présidentielle.

Le meeting en question s'est tenu dans l'après-midi du 12 mars au Centre des congrès de Metz Métropole, et visait à promouvoir auprès de la diaspora turque en France une réforme constitutionnelle portée par le président turc Recep Tayyip Erdogan. 

Alors qu'une série de meetings pro-Erdogan ont déjà été interdits en Autriche, en Suisse, aux Pays-Bas ou encore en Allemagne, la France a choisi de ne pas emboîter le pas à ses partenaires européens. «Nous avons pour mission de nous assurer qu'il n'y a pas de menaces à l'ordre public. Il n'y en a pas», avait déclaré à Reuters le secrétaire général de la préfecture de Moselle, Alain Carton. Des effectifs de police et de gendarmerie devaient être mobilisés «afin d'assurer la sécurité des lieux», avait-il ajouté.

En pleine campagne électorale en faveur de la réforme constitutionnelle soumise à référendum du 16 avril prochain, le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan accorde une importance particulière au vote des millions de Turcs établis en Europe et multiplie les interventions dans les pays européens. Néanmoins, plusieurs meetings similaires ont déjà été interdits, notamment en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Droite et FN vent debout contre le meeting turc

François Fillon n'est pas le seul homme politique, en France, à s'être indigné de la participation du membre du gouvernement truc à un meeting dans l'Hexagone. Rappelant un discours du président Erdogan au zénith de Strasbourg il y a deux ans, le vice-président du Front national (FN), Florian Philippot, a jugé «irresponsable» la tenue de cet événement

Des meetings interdits en Allemagne et aux Pays-Bas notamment

Le ton s'est durci entre Ankara et plusieurs pays européens après différentes annulations de réunions publiques. Le 11 mars, l'avion de Mevlüt Cavusoglu a été interdit d’atterrissage sur le sol des Pays-Bas après que le ministre avait menacé d’imposer des sanctions sur le gouvernement néerlandais s’il ne lui permettait pas d'organiser un rassemblement pro-Erdogan à Rotterdam. Le même jour, en pleine crise diplomatique, Amsterdam a expulsé vers l'Allemagne la ministre turque de la Famille pour les mêmes raisons – celle-ci avait pourtant été prévenue à l'avance qu'elle n'était pas la bienvenue aux Pays-Bas.

source

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS