Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 16:44

Tribune. Philippe Fontana, avocat au barreau de Paris mais surtout ancien élève au Colegio Francia de Caracas, dénonce avec force la lubie vénézuélienne de Jean-Luc Mélenchon.

Le candidat de la France insoumise prend pour laboratoire le pays de Chavez et Maduro, sa corruption, sa criminalité, ses exilés politiques et son “état d’urgence économique”.

Il est jeune, riche, bien éduqué, issu d’une famille rescapée de Treblinka. Aux dernières élections présidentielles, il a failli l’emporter avec 49,1 % des voix contre Maduro, le successeur de Chavez. Il personnifie l’opposition vénézuélienne qui a remporté les élections législatives il y a un an déjà.

Presque tous mes camarades de classe du Colegio Francia se sont exilés aux Etats-Unis ou en Europe

Et pourtant, il vient d’être condamné le 7 avril dernier à une peine de 15 années d’inéligibilité par le Tribunal suprême de justice pour « irrégularités administratives ». La justice, toute à la main de l’exécutif, l’empêche de gouverner. Le président Maduro a tous les pouvoirs. Quand le peuple manifeste, sa police tire à balles réelles. Cet homme c’est Henrique Capriles ; son pays c’est le Venezuela, laboratoire du candidat Mélenchon.

J’ai connu ce pays adolescent, riche de son pétrole et surtout de son immigration successive. Galiciens échappant à la misère espagnole ; Hongrois fuyant par milliers le communisme ; chrétiens orientaux, Libanais et Syriens, échappant déjà au totalitarisme islamique.

Avec le pétrole, ce pays a connu un développement extraordinaire. Il y a encore 15 ans, il était le pays le plus riche d’Amérique latine. Mais ses dirigeants se sont complus dans un attentisme social-démocrate similaire à celui de notre classe politique, se vautrant dans les délices de la corruption et de l’argent facile.

Avec la chute du cours du pétrole, un tribun surgit ; faute d’avoir réussi son coup d’Etat au début des années 1990, il a été (mal) élu comme président de la République. Hugo Chavez a ruiné son pays, en imposant sa révolution bolivarienne. Aujourd’hui, le peuple et les classes moyennes ne peuvent plus survivre : les étals des supermarchés sont vides ; le pays est la proie de bandes armées ; il est quadrillé par des milices révolutionnaires importées de Cuba.

Presque tous mes camarades de classe du Colegio Francia se sont exilés aux Etats-Unis ou en Europe. Or, voici que dans le programme de la « France insoumise », Mélenchon propose de quitter l’OTAN pour adhérer à l’alliance bolivarienne : un OVNI diplomatique créé par Chavez et Castro.

Le premier pays sur l’indice de pauvreté du monde 

L’idole de Mélenchon, c’est Chavez. Ils usent de la même rhétorique révolutionnaire. Ils affichent le même charisme soi-disant au service des plus pauvres.  Mélenchon était allé rencontrer Chavez en 2012, inspirateur de sa campagne présidentielle. A plusieurs reprises, il a salué le « volontarisme politique » de son ami. A sa mort, en 2013, il évoqua « la victoire des révolutions citoyennes ».

Quel est ce volontarisme politique ? Le Venezuela est en « état d’urgence économique » selon le triste aveu de son président.  Malgré les plus importantes réserves en pétrole  mondiales, il est le premier pays sur l’indice de pauvreté du monde ; la moitié de sa population vit sous le seuil de pauvreté ; il ne dispose plus d’aucune réserve en devises ; son or est vendu, alors que ses homologues pétroliers disposent de réserves mirifiques leur permettant de racheter industries et immobilier européens. La criminalité y est endémique.

L’ami de Mélenchon est celui qui accusait les Juifs de la mort du Christ, ou celui qui avec la complicité de l’Iran, entretient des liens avec le Hezbollah. La moitié de la communauté juive a dû s’exiler. Déjà Chavez accusait Capriles d’être un sioniste et l’injuriait en le traitant de porc. Diatribes familières à certaines de nos banlieues, draguées tant par Macron que par Mélenchon. Alors, non, je n’ai pas envie que mon cher et beau pays devienne un nouveau Venezuela.

Quel manque de niveau pour celui qui se rêve président de la République !

Lors de son dernier meeting à Lille, Mélenchon s’en est pris au Figaro, qui dénonçait son admiration de Chavez, incriminant son actionnaire d’avoir vendu des avions de combat à l’Arabie Saoudite, fustigeant le barbarisme de ce pays. Manque de chance, Dassault n’a jamais réussi à exporter ses avions de combat dans ce pays, victime de la corruption britannique. Quel manque de niveau pour celui qui se rêve président de la République !

Pour Mélenchon, comme pour tous ses amis et inspirateurs révolutionnaires, tout opposant est un ennemi du peuple à rééduquer, sinon à faire taire.

Gageons que le triste exemple vénézuélien fasse réfléchir les millions de Français tentés par ce populisme. 

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS