Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 18:51

Résultat de recherche d'images pour "Haribo s’en va sur la pointe des pieds" Liberté chérie. Pourquoi, malgré ses bons résultats en France, le fabricant allemand de bonbons supprime-t-il des postes dans notre pays ?

À quelques jours du premier tour de la présidentielle, nous devons répondre à cette question, car elle est symbolique de la dégringolade économique qui caractérise la France. J’insiste : ce sujet doit être au coeur de nos réflexions personnelles. 

Haribo : vos enfants ou vos petits-enfants connaissent mieux cette entreprise que vous, car la célèbre société familiale allemande accapare 36 % du marché français du bonbon… ce qui en fait le numéro un en France sur ce segment (avec les fraises Tagada, les Dragibus, les Chamallows, L’Ours d’or, le Hari Croco, les bonbons Schtroumpfs, les Pik, entre autres).

À ce jour, Haribo compte encore deux usines en France : Uzès, dans le Gard, et Marseille, dans les Bouches-du- Rhône. Pourtant, depuis sept ans, Haribo a arrêté d’investir dans l’Hexagone. Résultat : sur les 75 000 tonnes de bonbons Haribo vendues chaque année dans notre pays, nous n’en produisons que 52 000. Le reste vient d’Espagne, d’Allemagne, de Hongrie ou d’Autriche.

Mais attention, pas de sang, pas de larmes : Haribo se désengage en douceur. D’ici à la fin 2018, l’entreprise allemande supprimera 100 postes sur les 750 équivalents temps plein de sa filiale française.

... Alors pourquoi se désengager si l’activité commerciale explose ? Les raisons invoquées par l’entreprise allemande sont claires : les coûts de production en France sont trop élevés.

Comme dans de nombreux groupes internationaux, la concurrence se joue entre les différentes usines réparties dans le monde. Aujourd’hui, Haribo en compte 16, entre l’Europe, la Turquie et le Brésil. Et c’est au sein même de l’équation européenne que les sites français peinent à être concurrentiels. Résultat, depuis quelques années, Haribo poursuit la production en France mais privilégie les investissements dans d’autres pays.

D’ailleurs, le géant des bonbons s’apprête à ouvrir cet été un site de production gigantesque. Un investissement estimé à 500 millions d’euros.

Située à Grafschaft, près de Bonn, la nouvelle usine emploiera 800 personnes. Ce sera la plus grosse usine de bonbons du monde. « À long terme, il est possible que le site représente quelque 2 000 emplois », expliquait, en octobre, le directeur général du groupe, Arndt Rüsges.

À en croire Jean-Philippe André, « la première tranche de travaux permettra de doter le site d’une capacité de production de 75 000 tonnes par an, soit l’équivalent des ventes de la filiale française chaque année ». Ce nouvel outil de 50 000 mètres carrés fournira donc la France.

... En ces temps électoraux, les journalistes politiques ont tort de concentrer l’attention des Français sur les sempiternelles polémiques à trois sous. Car, pendant ce temps, l’économie française continue de sombrer dans une relative indifférence. Silence, on coule.

 

source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS