Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2017

Flag Counter

articles lus en ce moment

 

 

28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 17:20

Résultat de recherche d'images pour "fnac darty" Salaire. Alexandre Bompard, président du groupe Fnac-Darty, a vu sa rémunération passer de 11,5 à 13,9 millions d'euros en un an.

Pour gagner des millions, certains jouent au loto, d'autres préfèrent s'augmenter. C'est le cas d'Alexandre Bompard, PDG du groupe Fnac Darty. Pour 2016, sa rémunération totale, fixe et variable, a atteint 13,9 millions d'euros, soit 20 % de plus qu'en 2015.

Un salaire plus que confortable, considérant que la moyenne au sein du CAC 40 est de cinq millions et que l'entreprise, qui affichait tout juste 74 millions d'euros de bénéfices l'an dernier, ne fait pas partie des 40 plus grosses sociétés cotées à la Bourse de Paris.

Bompard, artisan du retour en grâce de la Fnac

La rémunération est loin d'être injustifiée. Quand Alexandre Bompard est arrivé à la tête de la Fnac, en 2010, l'entreprise était en chute libre, enchaînant des pertes qui se comptaient en dizaines de millions d'euros par an.

En sept ans, le nouveau patron a su renverser la tendance : il a diversifié son activité, notamment en faisant rentrer l'électroménager dans ses rayons, réduit les dépenses, fait entrer la Fnac en Bourse (son cours a été multiplié par trois en quatre ans) et racheté Darty. Résultat, l'entreprise n'a plus affiché de pertes depuis 2013.

Il n'empêche, la somme versée au titre de 2016 fait grincer des dents. Les salariés qui travaillent de longue date à la Fnac, notamment, ont dû subir ces dernières années une politique de “modération salariale” sévère, quand leur président voyait lui sa rémunération gonfler à grande vitesse. Les actionnaires s'en inquiètent aussi, arguant que le montant représente 20 % du bénéfice net de l'entreprise.
 
Pour calmer les esprits, Alexandre Bompard a annoncé que la prime variable serait intégralement réinvestie dans l'entreprise. Un beau geste, qui pourra surtout lui permettre de tirer encore plus d'argent de son investissement si le cours de l'entreprise continue de grimper.
 

 

Partager cet article

Repost0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS