Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

En direct Flux de trafic
mise en ligne le 15/10/2015

Flag Counter

 

 

 

2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 22:27
franc suisse
 

Christian Hofer: Ici on ne parle que de l'intégration.

La nourriture, le logement, les habits, l'argent de poche sont totalement absents de ce décompte. Or les chiffres de l'aide sociale, publiés en catimini, sont tout simplement choquants et le Matin évite soigneusement de les mentionner puisqu'ils feraient réagir les Suisses.

Multipliez cela par le nombre de "réfugiés" et vous comprendrez pourquoi la Confédération et les cantons font désormais des économies en urgence.

On relèvera que lorsqu'il s'agit des autochtones, couper dans le budget de l'éducation ne pose aucun problème.

Evidemment, Sommaruga et la gauche qui nous imposent cette immigration se fichent éperdument des conséquences financières pour notre pays. A leur dictat pseudo humanitaire s'ajoute le mensonge des fameux "réfugiés surdiplômés". Et n'en doutez pas, ils inventeront encore de nouvelles taxes pour mieux nous voler.

En mars de cette année, le Conseil fédéral a même voulu couper dans les subsides de caisse maladie, mettant encore une fois en péril la classe moyenne. Il est vrai que nos impôts ne servent qu'à arroser le secteur de l'asile.

Enfin, on peut s'attendre à ce que ces "réfugiés" bénéficient de nos apprentissages de manière prioritaire, au détriment des enfants autochtones alors que ces derniers doivent se débrouiller seuls, sans aide financière.

Intégration. Les cantons assurent qu’investir dans la langue et la formation des réfugiés ainsi que des personnes admises à titre provisoire ferait baisser les coûts de l’aide sociale.

 

C8Y41zOW0AEGi05 (1)

 

Ainsi, la Confédération ne verse aujourd’hui qu’un forfait unique de 6000 francs par personne pour assurer l’intégration de migrants destinés à passer toute leur vie ou du moins de longues années en Suisse.

Selon les cantons, qui ont tiré la sonnette d’alarme lors d’une rencontre avec Johann Schneider-Ammann et Simonetta Sommaruga au début du mois, il faudrait trois fois plus, soit 18'000 francs par individu. « Cette somme doit être répartie sur plusieurs années, soit deux à quatre ans en moyenne pour l’intégration », selon Thomas Minger, responsable du Service politique intérieure de la Conférence des gouvernements cantonaux.

Compétences limitées

Que comprend ce chiffre ? Principalement les cours de langue (8008 francs) et l’insertion professionnelle (8655 francs).

(…)

Les besoins financiers concernent principalement des cours destinés à des personnes non alphabétisées ou qui apprennent un deuxième système d’écriture (En clair, des Arabes), ainsi que des individus sans parcours scolaires (Nd Christian Hofer : les fameux ingénieurs selon la gauche).

Les cantons rappellent également que la plupart des réfugiés et des admis provisoires en Suisse n’ont pas les compétences requises pour trouver du travail à leur arrivée.

Les 8'655 francs dévolus à l’insertion professionnelle englobent donc notamment la recherche d’emploi (conseils etc.) et la préparation aux offres transitoires. Ce dernier point concerne les jeunes adultes de 16 à 25 ans, qui affluent en nombre vers la Suisse depuis quelques années. Comme ils n’ont souvent pas de diplôme de niveau secondaire II, il faut les former afin qu’ils puissent entreprendre un apprentissage.

Le coût moyen de l’intégration d’une personne en Suisse comprend également des informations et conseils pour 911 francs, ainsi que 260 francs dévolus à l’intégration sociale.

(...)

Source

Partager cet article

Repost 0
Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS